•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de service minimum pour les trains de banlieue en cas de grève au CP

Pas de trains de banlieue lundi?

L'Agence métropolitaine de transport (AMT) ne pourra pas compter sur un service minimum du Canadien Pacifique (CP) pour ses trains de banlieue de Candiac, Vaudreuil-Hudson et Saint-Jérôme si jamais les conducteurs et ingénieurs de train mettent à exécution leur menace de grève lundi.

Dans sa demande d'injonction entendue vendredi soir au palais de justice de Montréal, l'AMT demandait que le CP fournisse, en cas de grève, des employés pour faire fonctionner les trains pendant la semaine, aux heures de pointe, pour une période de 10 jours.

Le CP a cependant plaidé avec succès que le délai était trop court pour former les substituts demandés qui devraient, en plus, détenir les cartes de compétence appropriées.

Outre la question de la sécurité du public, la juge a aussi estimé que l'AMT n'avait pas à craindre un recours collectif, son contrat avec le CP prévoyant déjà des dédommagements pour bris de service.

La juge estime enfin qu'il reste encore du temps aux parties pour négocier et qu'il n'y a donc pas urgence.

Les représentants syndicaux ont un mandat de grève pour déclencher un arrêt de travail dès dimanche, advenant un échec des pourparlers qui portent principalement sur les horaires de travail.

L'avis de grève, envoyé samedi à minuit, entrerait en vigueur 24 heures plus tard, soit juste avant l'heure de pointe lundi.

La grève devrait non seulement paralyser les trains de banlieue dans la région de Montréal, mais aussi affecter le transport de marchandises partout au pays.

Du lundi au vendredi, quelque 19 000 personnes se déplacent chaque jour avec les trains de banlieue.

L'AMT a mis sur pied une cellule de crise pour instaurer des services alternatifs de navette par autobus jusqu'aux stations de métro les plus accessibles à compter de dimanche.

Le service serait néanmoins perturbé, puisqu'il faudrait quelque 700 autobus pour remplacer les trains, et il ne s'agit pas d'une option envisageable, selon l'AMT.

Jusqu'à maintenant, le gouvernement Harper s'est dit confiant de voir une entente négociée entre le CP et 5000 de ses employés afin d'éviter la grève.

Ottawa ne parle pas pour le moment de recours à une loi spéciale mais promet de faire en sorte de minimiser les effets de cet arrêt de travail sur l'économie du pays. En 2012, le gouvernement fédéral avait adopté une loi spéciale pour mettre fin à neuf jours de grève des employés du Canadien Pacifique.

Société