•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa verse 8 M$ pour l'accès à la justice en français

Fernande Bergeron

Fernande Bergeron

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral annonce un financement de 8 millions de dollars au cours des quatre prochaines années pour des projets d'organismes qui aident les citoyens à avoir accès à la justice en français dans six provinces.

Le financement est accordé à la Fédération des Associations de juristes d'expression française (FAJEF) et aux Associations de juristes d'expression française (AJEF) en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, en Ontario, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse.

L'Association des juristes d'expression française de l'Ontario recevra plus de la moitié de l'argent annoncé, soit 4,5 millions de dollars jusqu'en 2018.

Pour sa part, l'Association des juristes d'expression française de l'Alberta (AJEFA) obtiendra 1,1 million de dollars. L'AJEF de la Saskatchewan aura environ 860 000 $ et celle de la Colombie-Britannique, près de 500 000 $.

Financement par projets

La directrice générale de l'Association des juristes d'expression française de l'Alberta, Fernande Bergeron, se dit plutôt satisfaite des sommes promises par le fédéral. Elle est surtout heureuse de l'annonce au printemps d'un financement pour trois ans du nouveau centre d'aide juridique qui doit ouvrir ses portes en avril à la Cité francophone d'Edmonton.

Par contre, Fernande Bergeron déplore que le financement du gouvernement fédéral soit maintenant accordé en fonction de projets particuliers, et non pas simplement pour les activités générales de l'organisme. « Il y a deux ans, le gouvernement fédéral a coupé notre financement de base, ce qui fait que maintenant, avec un financement par projets, c'est toujours à recommencer. »

Le financement de base permettait à l'AJEFA de s'assurer de pouvoir payer les frais liés à ses locaux et au salaire de leurs employés, explique Fernande Bergeron.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Société