•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vivre après le cancer : un défi pour les enfants en rémission et leurs parents

Chargement de l’image

Leucan profite de la Journée internationale de sensibilisation au cancer pédiatrique pour sensibiliser la population sur les séquelles vécues par les enfants survivants au cancer.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Leucan profite de la Journée internationale de sensibilisation au cancer pédiatrique pour sensibiliser la population sur les séquelles vécues par les enfants survivants au cancer. L'association qui aide les enfants atteints constate que les traitements subis par ses jeunes membres provoquent des effets secondaires importants et souvent permanents. La famille de l'enfant subit parfois elle aussi de graves séquelles. Notre journaliste Émélie Rivard-Boudreau a rencontré deux familles.

Avec les informations d’Émélie Rivard-BoudreauTwitterCourriel

Depuis 4 ans, Claudie Morin, de Palmarolle, accompagne sa fille Angéline, qui, à 14 mois, s'est fait détecter une masse cancéreuse au coccyx. Cette forme cancer rare a exigé des traitements de chimiothérapie particuliers et a affecté l'ouïe de sa fille. « Oui, la maladie est finie, mais ce n'est pas fini, explique Mme Morin. Notre fille est malentendante, mais on veut qu'elle reste en vie. Donc ce n'est pas grave qu'elle soit malentendante. »

Angéline subit toujours de nombreux suivis médicaux, malgré sa troisième année de rémission. Des séquelles psychologiques importantes affectent aussi ses trois frères, témoigne la mère.

« J'ai des enfants qui ont vécu des chocs post-traumatiques.  »

— Une citation de  Claudie Morin, mère d'Angéline, en rémission d'un cancer. 

Lili-Rose, elle, a obtenu un diagnostic de tumeur cancéreuse au cerveau en septembre 2011. Elle aussi en rémission, sa santé physique n'est pas complètement rétablie, raconte sa mère, Lise Lévesque. « Elle a beaucoup de fatigue dans son corps, puis elle a encore beaucoup de douleur », précise la mère.

Leucan, qui accompagne les enfants atteints de cancer et leur famille, apporte son aide même après la période de traitement et de rémission. L'association peut octroyer du soutien financier, de la massothérapie ou même des sessions d'art-thérapie, dont ont profité Lili-Rose et sa mère.

"Je suis le pilier pour Lili-Rose alors si je n'avais pas eu ça, je ne serais peut-être ici aujourd'hui pour répondre à vos questions", a confié Lise Lévesque. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !