•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le train Montréal-Mascouche inaccessible pour certains

Le train Montréal-Mascouche inaccessible pour certains : reportage de Claire Frémont
Radio-Canada

Le nouveau train de banlieue Montréal-Mascouche, inauguré en décembre dernier par l'Agence métropolitaine de transport (AMT), est inaccessible pour toute une partie de la population à mobilité réduite, malgré les 675 millions de dollars investis dans le projet.

Un texte de Claire FrémontCourriel à La facture

Maxime D.-Pomerleau est une jeune comédienne et journaliste préoccupée par l'accessibilité dans les transports en commun. Elle a même scénarisé et réalisé un film où elle prend les traits d'une superhéroïne volant au secours des personnes handicapées.

Il faut dire qu'elle se déplace en fauteuil roulant. Avec elle, nous sommes allés prendre le nouveau train de l'Est. Cette nouvelle ligne relie la Gare centrale de Montréal à la banlieue, jusqu'à Mascouche. Notre objectif : savoir si Maxime pourra descendre du train.

Premier arrêt : elle ne peut pas sortir, et ainsi de suite dans les neuf gares suivantes. Il y a trois marches à descendre pour atteindre le quai. Il est donc impossible pour un fauteuil roulant de franchir cet obstacle.

Je ne comprends pas qu'il y ait des gens qui aient approuvé ce projet-là sans prendre en considération la population à mobilité réduite.

Maxime D.-Pomerleau
Maxime D.-PomerleauMaxime D.-Pomerleau

À la gare de Terrebonne, Maxime peut enfin sortir du train. Malheureusement, elle est prisonnière du quai. Une situation absurde.

Terrebonne n'est pas accessible, car l'ascenseur est en construction. Même si le quai est au bon niveau, et qu'on a la plateforme pour descendre, on est quand même coincé sur le quai. Alors, ce n'est pas très fort en accessibilité.

Maxime D.-Pomerleau

L'AMT avait pourtant déposé dès 2011 un plan d'accessibilité qui avait été approuvé par le ministre du Transport du Québec. Le vice-président de l'AMT, Stéphane Lapierre, admet que leur propre plan n'a pas été respecté. Il explique que ce sont des contraintes opérationnelles qui expliquent que la ligne de train ne soit pas à 100 % accessible, comme ce que l'on avait promis. Pourtant, 35 millions de dollars ont été donnés pour rendre la ligne accessible pour tous.

Pour Laurence Parent, doctorante sur les questions de transport adapté et cofondatrice d'une page Facebook sur le transport « mésadapté », le problème vient de ce que le Québec n'a pas : une loi vraiment claire sur l'accessibilité.

Au Québec, on n'a aucune loi avec un objectif précis, une date, tandis qu'en Ontario, il y a une loi qui existe avec des pénalités si la loi n'est pas respectée.

Laurence Parent

Conclusion : la ligne Montréal-Mascouche ne comporte que 3 gares accessibles sur 13. L'AMT avance que toutes les gares devraient être accessibles au cours de l'année 2015. En attendant, Maxime, Laurence et toutes les personnes en fauteuil roulant continueront à payer le même prix que les autres, sans avoir le même service.

Regardez le reportage de Claire Frémont à La facture mardi à 19 h 30, sur ICI Radio-Canada Télé.

Société