•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pédaler en classe pour aider les élèves à mieux se concentrer

Les élèves de cette classe de 5e année de l'École Jeanne-Sauvé d'Ottawa ont accès à des vélos stationnaires.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une école primaire d'Ottawa a trouvé une solution originale pour maintenir l'attention des élèves. La direction de l'École Jeanne-Sauvé, dans le quartier Orléans, a installé quelques vélos stationnaires dans chacune de ses classes, afin de faire bouger les élèves et de mieux capter leur attention.

C'est l'enseignant en cinquième année, David Benay, qui a eu cette idée. Lors d'une session de perfectionnement professionnel assez longue, il a lui-même ressenti le besoin de bouger.

« Je me demandais si moi, j'étais incapable de rester assis et concentré, si mes élèves étaient capables. [...] Je suis venu avec l'idée de bouger en classe », explique-t-il.

Depuis, les 400 élèves de l'École Jeanne-Sauvé peuvent pédaler en classe au besoin, lorsqu'ils ont un surplus d'énergie ou de la difficulté à se concentrer.

Quand je suis en train de faire de l'activité physique, je suis en train d'écouter mieux et je dépense de l'énergie, parce que je suis hyperactif.

Olivier-Alexandre Raphaël, élève de 5e année, École Jeannse-Sauvé

Des améliorations notables

Depuis que le projet pilote a été lancé il y a trois ans, les enseignants notent des changements positifs dans le comportement des enfants.

« Lorsqu'ils bougent, lorsqu'ils sont actifs, on trouve qu'ils sont plus attentifs et concentrés dans les classes. Les professeurs nous le disent et les parents aussi nous le disent, que ça fait une différence », rapporte le directeur André Larouche.

L'enseignant David Benay ajoute que certains élèves, qui participaient rarement en classe, se sont mis à participer.

L'enseignant David Benay a eu l'idée d'installer des vélos stationnaires dans sa classe de 5e année.

L'enseignant David Benay a eu l'idée d'installer des vélos stationnaires dans sa classe de 5e année.

Photo : Radio-Canada

« Ils posaient des questions, répondaient à l'enseignant. Ça fait trois ans et on voit de grands changements », ajoute-t-il.

« Il y a beaucoup de recherches qui prouvent qu'en bougeant, on peut se concentrer davantage. Ceux qui ont beaucoup d'énergie, on les envoie sur les vélos. Ça donne une classe plus positive », souligne l'enseignant.


Les élèves reconnaissent eux-mêmes qu'ils sont beaucoup plus attentifs et intéressés à la matière enseignée.

« Je trouve que c'est une bonne idée []. On n'a pas besoin d'aller dehors et on peut écouter M. David. Moi, personnellement, ça m'aide à me concentrer », soutient le jeune Ahmad El Barbari.

[L'enseignant] nous laisse aller sur le vélo quand on veut, quand on en a besoin.

Nicole Paunescu, élève de 5e année, École Jeanne-Sauvé

Les résultats sont si probants que même les classes de maternelle sont équipées de petits vélos.

Des cibles pour stimuler les élèves

Pour inciter les élèves à bouger et à faire du vélo, les enseignants ont fixé des objectifs.

Les élèves peuvent, lors de périodes libres ou durant les périodes d'enseignement, aller sur un vélo stationnaire.

Les élèves peuvent, lors de périodes libres ou durant les périodes d'enseignement, aller sur un vélo stationnaire.

Photo : Radio-Canada

Ainsi, tous les élèves de l'École Jeanne-Sauvé tentent actuellement de traverser virtuellement le Canada à vélo. Ils peuvent voit la progression sur une carte.

Les classes sont également équipées de ballons d'exercice, sur lesquels les enfants peuvent s'asseoir ou se tenir debout, une autre forme d'activité physique qui optimise la concentration.

« C'est une façon d'aller chercher les jeunes, de les faire bouger. [...] On a acheté des raquettes, on achète beaucoup de choses, on veut que les élèves soient actifs [...] c'est une priorité », souligne le directeur André Larouche.

Il souhaiterait même obtenir davantage de fonds pour acheter d'autres équipements. D'ici là, il invite les autres écoles à s'inspirer de la sienne.

« On a de l'éducation physique chaque jour. S'il y a d'autres écoles qui veulent faire la même chose ou venir nous visiter, elles sont toujours les bienvenues », dit-il.

D'après le reportage de Jonathan Jobin

Ottawa-Gatineau

Éducation