•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Terminal pétrolier : Belledune, au N.-B., se présente comme solution de rechange à Cacouna

    Port de Belledune
    Le port de Belledune Photo: François Vigneault/Radio-Canada
    Radio-Canada

    Le PDG du port de Belledune, dans le nord du Nouveau-Brunswick, affirme qu'il a tenu des discussions avec TransCanada au sujet d'un deuxième port pétrolier dans la province, après celui de Saint-Jean, dans le Sud.

    Le quotidien La Presse rapportait dans son édition de mercredi que TransCanada avait écarté Cacouna, au Québec, comme site d'un port pétrolier qui serait alimenté par l'oléoduc Énergie Est. Le port de Belledune espère convaincre la compagnie qu'il constitue une solution de rechange viable, si effectivement Cacouna est abandonné.

    Lorsque vous considérez le port de Belledune, sa position par rapport à bien des lieux en Europe et en Asie [...] nous sommes plus proches que bien d'autres ports dans l'est du Canada.

    Rayburn Doucett, président-directeur général du port de Belledune

    Belledune a un port en eaux profondes (15 mètres), situé près de l'embouchure du golfe du Saint-Laurent. Selon Rayburn Doucett, de nouvelles infrastructures à Belledune seraient nécessaires, si TransCanada optait pour ce port. Il précise avoir déjà approché les gouvernements fédéral et provincial pour obtenir un appui financier.

    Deux projets pour Belledune?

    Port de BelleduneRayburn Doucett, PDG du port de Belledune Photo : François Vigneault/Radio-Canada

    Le terminal de TransCanada s'ajouterait à un autre projet de stockage et d'exportation de pétrole à partir du port de Belledune. Le projet de Chaleur Terminals a reçu l'approbation environnementale de la province en juillet dernier et les travaux devraient commencer cet été. Cette entreprise albertaine veut transporter le pétrole de l'Alberta par rail jusqu'à Belledune avant de le charger sur des pétroliers à destination de divers marchés outremer.

    Rayburn Doucett pense que les deux entreprises pourraient coexister. « Il y a des avantages et des désavantages à chacun », dit-il.

    TransCanada tempère toutefois l'enthousiasme de M. Doucett. « Il n'y a aucun plan pour changer le projet Énergie Est au Nouveau-Brunswick », a déclaré son porte-parole, Jonathan Abecassis.

    Pour différentes raisons, ni Belledune ni aucun autre site ne sont présentement envisagés pour un second terminal maritime au Nouveau-Brunswick.

    Jonathan Abecassis, porte-parole de TransCanada.

    L'appui du gouvernement provincial

    N'empêche, M. Doucett poursuit ses démarches et dit avoir l'appui de membres clés du Cabinet comme Donald Arsenault, le ministre de l'Énergie et des Mines, ce que confirme monsieur Arsenault. Il précise toutefois qu'avant toute chose, Transcanada doit se prononcer sur l'option Cacouna.

    C'est sûr que si Transcanada veut chercher une autre option, un autre terminal, c'est sûr que s'ils nous demandent pour cette option, c'est sûr qu'on va appuyer qui que ce soit, M. Doucet ou autre, mais pour aujourd'hui, on va appuyer le projet qui s'achemine à Saint-Jean.

    Donald Arsenault, ministre de l'Énergie et des Mines du N.-B.

    Un nouveau terminal aurait des retombées économiques considérables pour tout le nord du N.-B., d'après monsieur Doucett. « Voici le port de Saint-Jean qui obtient ce dont il a besoin, ce qui est merveilleux [...] Et si nous obtenions en plus un second terminal pour le Nouveau-Brunswick, ce serait fantastique! »

    TransCanada s'est donnée jusqu'au 31 mars pour décider du sort du projet de Cacouna.

    Acadie

    Ressources naturelles