•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’abattage controversé des loups pourrait durer cinq ans

Photo d'un loup au centre Northern Lights Wildlife.

Photo d'un loup au centre Northern Lights Wildlife.

Photo : Chris Corday/Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La campagne de sauvegarde des caribous dans les montagnes qui permettra de tuer 180 loups cet hiver depuis un hélicoptère devrait être reconduite pendant cinq ans, a annoncé Tom Ethier, sous-ministre adjoint préposé aux ressources.

Le projet controversé annoncé par Victoria en janvier cible les loups vivant dans les montagnes de South Selkirk (Nouvelle fenêtre) et dans la région de South Peace, en Colombie-Britannique.

Nous allons mener ce projet sur les cinq prochaines années, après quoi nous analyserons les résultats pour voir si cet effort a été payant ou non.

Une citation de :Tom Ethier, sous-ministre adjoint préposé aux ressources de la Colombie-Britannique

Tom Ethier a précisé que le nombre exact de loups abattus durant les années à venir sera décidé en fonction de leur rapidité à repeupler la zone. « Le but et l'espoir de ce projet sont de retirer la quasi-totalité des loups dans les zones où l'on souhaite rétablir les populations de caribous », ajoute-t-il.

Présenté en avril 2014 par le gouvernement, un plan de gestion des loups a été vivement critiqué par des groupes de défense et de protection de la biodiversité. Ian McAllister, de l'organisation Pacific Wild, avait déclaré, à l'époque, que le plan ne prenait pas en compte « le rôle écologique profond » que cet animal a en Colombie-Britannique. « Il ne s'agit pas d'un plan de gestion des loups, mais un plan pour en tuer le plus possible », avait-il fustigé.

La population moyenne de loups dans la province est estimée à 8 500 par le ministère de l'Environnement.

Les environnementalistes partagés

Le groupe environnementaliste et de protection de la faune Wildsight appuie le projet. Son directeur John Bergenske estime que la population est passée de 49, en 2009, à 18 dans les montagnes de South Selkirk, une situation désespérée qui nécessite l'abattage de loups. « Jusqu'à ce qu'il y ait un rétablissement de l'habitat, si nous ne faisons rien pour contrôler le nombre de loups, malheureusement, nous perdrons les caribous des montagnes », a-t-il expliqué fin janvier.

Mais les opposants au projet sont nombreux. À ce jour, plus de 158 000 personnes ont signé la pétition de Pacific Wild contre l'abattage. Selon le groupe Wildlife Defence League, le gouvernement de l'Alberta a mené une campagne similaire tuant plus de 1 000 loups depuis 2006 et n'a pas obtenu d'augmentation du nombre de caribous. « Tuer une espèce pour en sauver une autre va à l'encontre du principe de conservation », dénonce le groupe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !