•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fédéral financera l'Observatoire du Mont-Mégantic pour 2 ans

L'avenir de l'Observatoire du Mont-Mégantic

Ottawa accorde un sursis à l'Observatoire du Mont-Mégantic, menacé de fermeture. Le député de Mégantic et ministre du Développement international, Christian Paradis, a annoncé, sur son compte Twitter, que son gouvernement allouera à l'Observatoire les 500 000 $ nécessaires pour éponger son déficit, et ce, pour les deux prochaines années.

Les 500 000 $ promis seront puisés dans le budget de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, a-t-on confirmé au bureau du ministre Denis Lebel, titulaire de ce portefeuille.

Aux prises avec d'importantes difficultés financières, le conseil d'administration de l'Observatoire avait récemment adopté une résolution prévoyant sa fermeture dès le 1er avril, une nouvelle sortie mercredi matin dans les médias qui a suscité tout un émoi dans les sphères publique, scientifique et politique.

« Le problème de fond demeure »

Le directeur général de l'observatoire, René Doyon, s'est réjoui de ce développement favorable à la faveur du centre de recherche.

« Selon ma compréhension de la chose, on nous propose 500 000$ pour deux ans, soit un million. Mais on est très conscient qu'il faut trouver une solution pour le financement récurrent de l'observatoire », a-t-il confié lors d'un entretien avec La Presse Canadienne.

« Comme chercheur d'un centre de recherche d'envergure nationale et internationale, je suis inconfortable de devoir frapper à la porte d'un ministre pour financer nos infrastructures, avait-il affirmé plus tôt à Radio-Canada. Présentement, ça nous prend de l'argent. Si nous n'avons pas d'argent le 31 mars, on ferme. Tout ce qu'on va me donner, je vais le prendre. Mais le problème de fond demeure. Comment va-t-on assurer une pérennité de nos activités et pour ça, nous n'avons pas de réponse ».

« Je suis un optimiste de nature. Nous vivons une crise présentement. Ce n'est pas la première que nous vivons. Il y a deux solutions : soit on baisse les bras, soit on se retrousse les manches. Moi, je me retrousse les manches », a-t-il ajouté. 

L'opposition outrée

Les partis d'opposition à Ottawa ont dénoncé à l'unisson sa fermeture prévue et exhorté le gouvernement à intervenir.

Le NPD a accusé  le gouvernement fédéral de procéder à « des coupes irréfléchies dont les conséquences sont très graves pour la communauté scientifique ». Le Bloc québécois, de son côté, y a perçu une nouvelle démonstration des « attaques répétées contre notre accès à la connaissance » du gouvernement Harper.

L'Observatoire est financé en bonne partie par l'Université de Montréal et l'Université Laval. Il manque environ 500 000 $ pour lui permettre de poursuivre ses activités.

Et c'est en réaction au désengagement financier du gouvernement fédéral que les administrateurs ont décidé sa fermeture.

« Le conseil d'administration a dû prendre une décision difficile. Sans subvention, c'est un déficit annuel de 500 000 $ que les universités auraient dû assumer, ce qui est impossible dans le contexte actuel », avait déploré plus tôt René Doyon.

Ironie du sort, l'Observatoire avait reçu en 2010 près de 12 millions de dollars en subvention pour la mise à jour de ses équipements.

Des difficultés depuis 2009

Les difficultés financières de l'Observatoire ont débuté en 2009, quand le gouvernement Harper a revu les critères de financement de la recherche pour maximiser les retombées économiques de la science.

Le député de Mégantic-L'Érable, Christian Paradis, qui était ministre responsable de Développement économique Canada pour le Québec, avait alors entrepris des démarches et une subvention de deux ans avait été accordée.

Ce sont l'Université Laval et l'Université de Montréal, propriétaires de l'Observatoire, qui ont assumé ses coûts de fonctionnement, notamment grâce à une subvention du Fonds canadien de l'innovation. Or, cette subvention prend fin le 31 mars prochain.

Une perte pour la connaissance

Les activités de l'Observatoire du Mont-Mégantic s'étendaient largement en dehors de la région, rappelle René Doyon. L'Observatoire a notamment contribué à la fabrication de plusieurs télescopes outre-mer ainsi qu'à celle du futur télescope spatial James Webb.

« Il s'agit du seul observatoire universitaire au Canada, qui est aussi le mieux équipé au pays. La fermeture implique également que le public ne pourra plus le visiter. Nous avions 20 000 visiteurs par année. Ça ne sera plus possible non plus », a ajouté René Doyon.

Alors que l'Observatoire fermera ses portes le 1er avril, l'Astrolab du Parc national du Mont-Mégantic, un centre d'activités en astronomie consacré au public, lui, reste ouvert.

L'Observatoire du Mont-Mégantic en bref

  • Inauguré en 1978
  • Situé à 1100 mètres d'altitude
  • Observatoire le mieux équipé du Canada
  • Au milieu d'une réserve de ciel étoilé
  • Autour de lui est établi un centre de recherche en astronomie
  • Géré par l'Université de Montréal et l'Université Laval

Avec les informations de La Presse canadienne

Estrie

Science