•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chien Pepper à l'Assemblée nationale

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Anna Lumière au piano

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un nouveau venu attire l'attention depuis mardi à l'Assemblée nationale. Pepper est devenu le premier chien à être admis dans l'enceinte du Salon bleu.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Un reportage de Stéphanie Tremblay

Un nouveau venu attire l'attention depuis mardi à l'Assemblée nationale. Pepper est devenu le premier chien à être admis dans l'enceinte du Salon bleu.

Pepper accompagne la députée de la Coalition avenir Québec, Claire Samson, qui souffre d'épilepsie. Le caniche royal a la faculté de détecter une crise de sa maîtresse avant qu'elle ne survienne. Lorsque le chien détecte une crise d'épilepsie, il tourne autour de la députée pour l'alerter jusqu'à cinq heures à l'avance.

« Quand je viens à Québec, je suis tout seul et ça me rassure de l'avoir avec moi pour me rassurer », dit la députée. 

Le chien Pepper accompagne fidèlement la députée caquiste Claire Samson.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chien Pepper accompagne fidèlement la députée caquiste Claire Samson.

Photo : Radio-Canada

Elle a demandé une permission exceptionnelle en décembre pour que le chien soit à ses côtés durant la période de questions. Un privilège qui a été accordé par le président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon.

Claire Samson a précisé que Pepper ne sera pas toujours à ses côtés à l'Assemblée nationale. Selon elle, Pepper aura probablement de la difficulté à rester silencieux pendant la période de questions.

« Mon intention est de déranger le moins possible. Il est tranquille, il a bien fait ça. Il reste couché à côté de moi au Salon bleu. Mais à un moment donné, quelqu'un va crier trop fort et il va japper », croit-elle.

La présence du chien ne semble pas déranger les collègues de Mme Samson. « On ouvre la porte à faire tomber des préjugés qui persistent et de faire en sorte que des gens qui veulent continuer à être actif puissent l'être », dit le député caquiste de Lévis, François Paradis. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !