•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enfants autochtones malades souffrent des désaccords entre gouvernements

Des enfants de deuxième année de l'École Eenchokay Birchstick dans la réserve de la Première Nation Pikangikum, dans le Nord ontarien, veulent être pris en photo.

Des enfants de deuxième année de l'École Eenchokay Birchstick dans la réserve de la Première Nation Pikangikum, dans le Nord ontarien, veulent être pris en photo.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une étude menée par l'Assemblée des Premières Nations, la Société canadienne de pédiatrie et plusieurs universités démontre que les enfants autochtones ont souvent accès à des soins de santé de moindre qualité que les autres enfants en raison de disputes entre gouvernements quant à la responsabilité financière pour ces soins.

Vanda Sinha de l'Université McGill affirme qu'il est difficile de quantifier le problème parce que personne n'en fait le suivi. Mais elle ajoute qu'un sondage mené auprès d'intervenants de première ligne a permis de rassembler une foule d'histoires sur des enfants autochtones malades dont les dossiers sont ballottés du gouvernement fédéral au provincial en passant par les dirigeants des Premières Nations.

Le gouvernement fédéral a affirmé au Tribunal canadien des droits de la personne que de tels goulots d'étranglement n'existent pas ou que s'ils existent, ils ne relèvent pas de la responsabilité d'Ottawa.

Mme Sinha rapporte que les conservateurs du premier ministre Stephen Harper tentent de résoudre le problème en le définissant de manière si étroite qu'il disparaît.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !