•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agent immobilier, un nouveau métier à Cuba

Radio-Canada

Depuis 2011, les Cubains peuvent vendre et acheter des maisons et autres immeubles, alors qu'il était seulement possible de les troquer jusque-là. Un changement qui s'inscrit dans les bouleversements économiques que vit l'île depuis quelques années.

Un photoreportage de notre envoyé spécial à Cuba, Jean-Michel LeprinceTwitterCourriel

Cette photo montre une maison à vendre - et à restaurer -, dans la vieille Havane. Un phénomène impossible à imaginer quelques années plus tôt à Cuba.

À la révolution, les Cubains sont restés ou sont devenus propriétaires de leur logement. Les exilés, ceux qui ont quitté l'île dans les années qui ont suivi la prise du pouvoir par Fidel Castro, se sont fait confisquer leurs propriétés, dont certaines ont été réparties parmi la population non propriétaire.

Ces confiscations restent d'ailleurs un contentieux entre Cuba et les États-Unis, qui réclament qu'on les restitue ou qu'on dédommage les propriétaires. La normalisation des relations entre les deux pays devra passer par une sorte d'entente à ce sujet.


Les gens sont donc propriétaires de leur logement, mais jusqu'en 2011, ils n'avaient pas droit de les vendre. Ils pouvaient seulement les échanger. Cela s'appelle la « permuta ».

« Je t'échange mon appartement bien rénové contre le tien plus grand, mais qui a besoin de travaux. » Voilà comment ça fonctionne. Évidemment, un peu d'argent sous la table peut toujours compenser, même si ce n'est pas permis officiellement.

Il y a donc des bourses informelles de la « permuta » ici et là. L'une d'entre elles se trouve au Prado, cette magnifique avenue qui mène du Capitole à la mer en face du phare du Morro. Depuis 30 ans on y fait des échanges de logement. Sur l'image, on voit des enfants qui font une activité en groupe sur le Prado.


Puisqu'il est possible depuis 2011 d'acheter ou de vendre, un nouveau métier est apparu et est désormais autorisé : agent immobilier. Au moins deux agences immobilières ont vu le jour.

La première agence à avoir pignon sur rue a été La Isla, fin 2013. Elle est située dans le quartier chic de Nuevo Vedado. La Isla a un répertoire de 2300 propriétés et en a vendu 800 en moins d'un an.


L'autre agence, plus discrète, est Habana Casas. Elle est située sur le Prado, près de la vieille Havane historique.


Une fois rénovés, les logements peuvent être loués aux touristes, en devises, ce qui permet des restaurations d'autres logements. Sur cette photo, on voit l'entrée d'une maison à louer aux touristes... en devises, bien entendu.


C'est le début d'un nouveau marché. Un gros problème : le manque d'accès aux matériaux neufs et en gros. On doit se rabattre sur la récupération dans les immeubles en ruines. Le quartier « chaud » pour l'immobilier : la vieille Havane historique.

Sur la photo ci-haut, le deuxième étage de la maison rouge est à louer aux touristes.

Le reportage de Jean-Michel Leprince

International