•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Syrie informée des frappes américaines sur son territoire

Le président de la Syrie Bachar Al-Assad lors de son entrevue avec la BBC.

Le président de la Syrie Bachar Al-Assad lors de son entrevue avec la BBC.

Photo : La Presse canadienne / AP/Sana

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement syrien reçoit par l'entremise d'intermédiaires, dont l'Irak, des informations sur la campagne de frappes aériennes menée par la coalition sous commandement américain contre le groupe armé État islamique (EI), indique Bachar Al-Assad.

Dans un entretien à la BBC diffusé mardi, le président syrien précise qu'il n'existe pas de coopération directe entre son pouvoir et les États-Unis, qui mènent des opérations
aériennes contre les islamistes depuis septembre.

Interrogé sur une coopération indirecte, Al-Assad explique : « Il est vrai que, par l'entremise des intermédiaires, plusieurs intermédiaires, l'Irak et d'autres États, ils nous transmettent parfois des messages, des messages généraux, mais rien de stratégique. »

Bachar Al-Assad affirme que les autorités syriennes étaient informées de la campagne aérienne contre l'État islamique avant que celle-ci soit déclenchée, mais qu'elles ne disposaient pas de détails.

« Il n'y a pas de dialogue avec les Américains, note-t-il. Il y a, disons, des informations, mais pas de dialogue. »

L'armée syrienne mène, elle aussi, des frappes contre les positions des rebelles et l'échange d'informations avec les troupes américaines semblait probable à propos des mouvements d'avions de chasse dans un même espace aérien.

Des responsables irakiens ont indiqué que des informations avaient également été transmises au gouvernement iranien, principal allié de Bachar Al-Assad depuis le début de l'insurrection en mars 2011.

Les dirigeants américains affirment qu'ils n'ont pas abandonné leur objectif de contraindre le président syrien à quitter le pouvoir. Mais comme ils ne parviennent pas à atteindre ce but à un coût raisonnable, la priorité de Washington est devenue la lutte contre l'EI.

Le pouvoir syrien s'applique à consolider ses positions dans les centres urbains dans l'ouest du pays, y compris à Damas, alors que l'EI s'est rendu maître de vastes zones territoriales dans l'est et dans le nord du pays.

Bachar Al-Assad a démenti que son armée faisait usage de barils d'explosifs dans la lutte contre les insurgés. Ces armes artisanales sont composées de barils remplis d'explosifs et de projectiles métalliques largués depuis des hélicoptères.

« Nous avons des bombes, des missiles et des balles. Nous n'avons pas de barils d'explosifs, nous n'avons pas de barils », a dit Al-Assad.

Notre dossier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !