•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • PKP privilégiera la culture avant l'identité pour faire la promotion de la souveraineté

    PKP misera sur la culture plutôt que l'identité : reportage d'Hugo Lavallée

    Pierre Karl Péladeau entend se tenir loin de la question identitaire dans la course à la direction du Parti québécois (PQ) pour mieux mettre l'accent sur la culture. En plus de l'indépendance, le candidat mettra de l'avant trois priorités. Il commencera d'ailleurs dès cette semaine à décliner publiquement ses idées, lors d'un discours à l'Université Laval.

    Un texte de Hugo LavalléeTwitterCourriel

    Depuis son entrée dans la course à la direction du PQ, les adversaires de Pierre Karl Péladeau lui reprochent d'entretenir le flou sur ses intentions. Samedi, en marge du Conseil national du Parti québécois, Pierre Céré et Martine Ouellet y sont allés d'attaques bien senties à l'égard du favori.

    Je pense que les gens doivent se positionner, je pense que le patinage, ce n'est pas suffisant

    Martine Ouellet, candidate à la direction du PQ

    Trois priorités

    Selon nos informations, le candidat Péladeau mettra de l'avant trois priorités durant sa campagne : l'éducation, l'environnement et l'économie.

    « L'économie, la création d'emploi et aussi une autre dynamique qui se développe assez rapidement dans son esprit : l'aide, le soutien au développement régional », explique le président de sa campagne de financement, le député Pascal Bérubé.

    Le candidat entend se tenir loin des débats sur l'identité qui ont divisé le PQ, comme la charte des valeurs et la refonte de la loi 101.

    Le député Pascal BérubéLe député Pascal Bérubé Photo : PC / Jacques Boissinot

    « Pierre Karl Péladeau n'a pas fait partie du dernier gouvernement, et donc il a un recul par rapport à ces questions. Moi j'ai entendu, parfois à mon grand désespoir, des collègues du Conseil des ministres renier des positions qu'ils avaient pourtant adoptées au Conseil des ministres. Je trouve ça incroyable. [...] Dans le cas de Pierre Karl Péladeau, il a une latitude pour le faire », fait valoir Pascal Bérubé.

    Le député de Saint-Jérôme préférera parler de culture, un meilleur vecteur identitaire selon lui.

    Comme philanthrope, il a contribué puissamment à soutenir énormément de causes qui ne sont pas connues au plan public. [...] Pierre Karl Péladeau, c'est quelqu'un qui, dans n'importe quelles circonstances où il y a de la musique, va prendre le micro puis va aller chanter.

    Pascal Bérubé, président de la campagne de financement de PKP 

    Sur la question de la souveraineté, Pierre Karl Péladeau répétera qu'il veut faire la promotion de l'indépendance. Il gardera sa stratégie pour lui le plus longtemps possible, histoire de ne pas mettre à l'affût ses adversaires.

    « Il fait exactement ce qu'il doit faire, c'est-à-dire ne pas télégraphier une stratégie, explique le président de sa campagne de financement. Il ne va pas participer à une surenchère de "Je suis plus pressé, je suis plus déterminé". Les militants se reconnaissent en lui. »

    Le camp PKP espère ainsi tuer dans l'oeuf les attaques selon lesquelles son candidat n'a pas d'idées à faire valoir.

    Politique