•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les formations du Canadien Pacifique mises en question

Des wagons se sont déversés dans cet affluant de la rivière Bow.
Des wagons se sont déversés dans cet affluant de la rivière Bow. Photo: ICI Radio-Canada
Radio-Canada

La conductrice de la locomotive qui a déraillé près de Banff le 26 décembre se plaint de ne pas avoir été assez formée pour faire face à de tels événements.

Selon l'entreprise ferroviaire Canadien Pacifique, les formations théoriques et pratiques durent généralement six mois, mais dans le cas de la conductrice Stephanie Katelnikoff, les documents montrent qu'elle travaillait seule comme chef de train moins de cinq mois après son embauche.

La jeune femme de 25 ans, qui a depuis été congédiée, allègue que le déraillement n'était pas de sa faute et que sa formation ne lui a pas enseigné comment réagir en cas de déraillement.

Je ne pouvais pas penser. J'étais en état de choc extrême, très mal préparée.

Stephanie Katelnikoff, ancienne conductrice de locomotive

Le convoi de marchandises du Canadien Pacifique contenait du grain et de la cendre servant à la composition du ciment, des matières qui ne sont pas affichées selon la Loi sur le transport des marchandises dangereuses. Celles-ci se sont toutefois déversées dans un cours d'eau à l'ouest de Banff.

Stephanie KatelnikoffStephanie Katelnikoff Photo : ICI Radio-Canada

Le Canadien Pacifique a refusé de commenter le cas de Stephanie Katelnikoff même après que la jeune femme a levé son droit à la protection sur les renseignements personnels. Dans un communiqué, la compagnie ferroviaire maintient qu'elle a un programme de formation intense qui comprend des séances en classe et sur le terrain, ainsi que des examens. Elle souligne aussi que l'entreprise répond à toutes les exigences fédérales.

Transports Canada a également refusé les demandes d'entrevue. Le ministère indique que les compagnies sont responsables de leur programme de formation.

Le cheminot Rick Rutledge, qui a 30 ans d'expérience, croit que les formations devraient toutes comprendre six mois sur le terrain, mais il craint que le temps soit réduit pour réaliser des économies de temps et d'argent.

Il ne faut qu'une erreur et la personne peut perdre un membre ou même pire que cela.

Rick Rutledge. cheminot et ancien formateur

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada n'a pas encore publié les résultats de son enquête.

Alberta

Transports