•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Conseil national du PQ : Péladeau critiqué, mais pas offusqué

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Pierre Karl Péladeau lors du Conseil national du PQ à Laval

Pierre Karl Péladeau lors du Conseil national du PQ à Laval

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les adversaires de Pierre Karl Péladeau à la course à la direction du Parti québécois ont profité de l'ouverture du Conseil national, à Laval, pour remettre sur la table la question du contrôle qu'il exerce sur le conglomérat médiatique Québecor. Le favori dans la course a tourné à la blague cette nouvelle attaque.

Dès l'ouverture du conseil, Pierre Céré, l'un des cinq candidats à la direction, a attaqué M. Péladeau, affirmant qu'il doit donner plus de détails sur ses actions de Québecor s'il veut devenir chef du PQ. Et il a comparé le magnat de la presse au personnage principal du film Citizen Kane.

Est-ce que Citizen Péladeau est en train de se payer un parti politique?

Pierre Céré
Pierre CéréAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pierre Céré

Photo : Radio-Canada

« Ce que je constate, c'est qu'en ce moment, beaucoup de gens veulent mettre le couvercle sur la marmite parce que Pierre Karl Péladeau devient en quelque sorte une sorte de sauveur. Et on refuse de faire la radiographie de ce qui s'est passé. On refuse de faire les nécessaires débats qu'on a besoin de faire », a-t-il poursuivi.

La sortie de Pierre Céré n'a toutefois pas fait beaucoup de vagues. Pierre Karl Péladeau a pris avec un grain de sel les propos de son concurrent.

En boutade, je dirais que le Parti québécois n'a jamais été à vendre. Il s'est trompé de parti, il devrait parler du Parti libéral du Québec.

Pierre Karl Péladeau

Citizen Kane

Citizen Kane est un film américain, considéré comme un classique, réalisé par Orson Welles et sorti sur les écrans en 1941. Le film raconte, grâce au témoignage des personnes qui l'ont côtoyé, la vie de Charles Foster Kane. Devenu un grand magnat de la presse, celui-ci épouse la nièce du président des États-Unis. Il espère faire une carrière politique, mais perd toutes ses chances lorsque l'on apprend qu'il trompe sa femme avec une cantatrice qui peine à percer dans le métier.

La candidate Martine Ouellet a pour sa part rappelé que lorsqu'elle avait été nommée ministre des Ressources naturelles dans le gouvernement Marois, elle avait démissionné du poste qu'elle occupait à Hydro-Québec, alors qu'elle était en congé sans solde.

Trois jours après le lancement officiel de la course à la direction, l'ambiance est déjà à la compétition. Samedi matin, des dizaines de partisans de Pierre Karl Péladeau, le favori dans la course, l'ont ovationné à son arrivée au Conseil national.

Michel Pepin : Sur les collines, le blogue politique de Radio-Canada

L'indépendance pour tous

Par ailleursles cinq candidats à la direction du Parti québécois mettent l'indépendance au coeur de leurs priorités, bien que certains soient plus précis que d'autres sur leurs intentions.

Bernard Drainville, notamment, a fixé l'échéancier du prochain référendum au prochain mandat du Parti québécois si les appuis à l'indépendance augmentent suffisamment d'ici là, dit-il, ou à un deuxième mandat si ce n'est pas le cas.

M. Drainville suggère également de créer un groupe qui travaillerait à temps plein à renouveler le discours sur l'indépendance et à trouver de nouveaux arguments pour rallier les Québécois.

Il faut les créer les conditions gagnantes.

Bernard Drainville

Quant à Alexandre Cloutier, il dit vouloir mettre « les citoyens au cœur de notre démarche », en se « documentant » et en leur expliquant concrètement ce que l'indépendance leur apporterait.

L'homme d'affaires Péladeau

De son côté, en plus de son désir de faire du Québec un pays, c'est son expérience du milieu des affaires que le favori dans la course à la direction du Parti québécois a choisi de mettre de l'avant.

Commençant son discours de présentation en affirmant tout de suite qu'il veut « devenir le chef d'un parti qui veut faire de son peuple un pays », M. Péladeau a enchaîné en soulignant la contribution de son père, Pierre Péladeau, à l'économie québécoise et en rappelant sa propre expérience comme chef d'entreprise de Québecor.

« Je pense avoir réussi un virage, car aujourd'hui, c'est une entreprise qui est fière, c'est une entreprise également qui s'est engagée résolument pour faire autre chose que simplement avoir une attention pour ses actionnaires, mais également, au regard de la collectivité », a-t-il déclaré.

Dans ce discours d'introduction, un exercice auquel se sont prêtés les cinq candidats à la direction à tour de rôle, M. Péladeau s'est donc contenté de parler d'indépendance, n'abordant aucun autre élément du projet politique qu'il propose aux membres du Parti québécois.

Notre dossier

Éducation, ressources naturelles et laïcité

Par ailleurs, mis à part M. Péladeau, les quatre autres candidats à la direction du PQ ont abordé les thèmes qu'ils considèrent importants pour l'avenir du Québec.

Restant assez flou sur ses intentions, Pierre Céré, porte-parole du Conseil national des chômeurs pendant neuf ans et le seul candidat qui n'est pas député, a indiqué qu'il voulait conserver le « modèle québécois », affirmant également que ses préoccupations ont toujours été « les travailleurs et leurs problèmes »

De son côté, le plus jeune des candidats, Alexandre Cloutier, mentionnant au passage le pouvoir d'achat, l'endettement et les familles, a souligné que sa priorité était l'éducation.

La meilleure façon pour être une des sociétés les plus riches au monde, les plus instruites, les plus créatives.

Alexandre Cloutier

Seule femme à être dans la course, Martine Ouellet a pour sa part mis de nouveau de l'avant son intérêt à miser sur l'électricité plutôt que sur le pétrole. L'électrification des transports fait notamment partie de son programme. Mme Ouellet reprend ainsi une des propositions que le parti avait portées sous Pauline Marois.

Par ailleurs, elle se dit catégoriquement contre pipelines et bateaux acheminant du pétrole vers le Québec.

Martine Ouellet affirme aussi vouloir s'engager envers les régions du Québec, notamment en les informant mieux. Elle dit vouloir créer à Télé-Québec un réseau d'informations panquébécois.

Quant à Bernard Drainville, il dit se préoccuper de justice sociale, de développement économique et d'environnement, tout en voulant continuer le « combat » pour la laïcité.

Un sondage en faveur de Péladeau

Un sondage Léger-Le Devoir-Le Journal de Montréal montre que le PQ recueillerait autant d'appuis que le PLQ si Pierre Karl Péladeau en prenait la tête. Le favori dans la course à la direction du PQ a toutefois perdu quelques plumes au profit de ses adversaires. Selon l'enquête, il obtient 63 % d'appuis auprès des répondants au sondage qui voteraient pour le PQ.

La candidate Martine Ouellette, qui obtient 10 % des appuis des répondants d'allégeance péquiste, dit que la course ne fait que commencer. Pour sa part, Alexandre Cloutier (9 %) invite le public à rester prudent. « L'important, ce sont les tendances », dit-il, rappelant qu'il a commencé la course avec 0 % des appuis.  Pierre Karl Péladeau, lui, se dit honoré par les résultats.

Le sondage a été mené sur Internet auprès de 1036 répondants du 2 au 5 février.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !