•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attention au monoxyde de carbone dans les yourtes

Une yourte située près du lac Taylor, dans le parc de la Gatineau, en hiver

Photo : Commission de la capitale nationale

Radio-Canada

Les directions régionales de santé publique du Québec appellent à la vigilance les campeurs qui dorment dans des yourtes modernes comme celles que l'on retrouve dans le parc du Bic. Elles invitent les propriétaires à s'assurer que les trous d'aération en place sont adéquats.

Cette mise en garde fait suite à l'intoxication potentiellement mortelle au monoxyde de carbone de villégiateurs dans le parc de la Gatineau, au mois de décembre.

« Les gens ont loué une yourte. Vers 2 h du matin, certaines personnes [...] se sont mises à avoir mal à la tête, mal au cœur », raconte le spécialiste en santé et environnement Louis-Marie Poissant, de la Direction de santé publique de l'Outaouais.

Vers 9 h, les campeurs ont contacté la Commission de la capitale nationale (CCN) et ont été transportés à l'hôpital pour y être soignés.

M. Poissant rappelle qu'il est difficile pour une personne de se rendre compte qu'elle est intoxiquée au monoxyde de carbone. Par exemple, il arrive souvent que la victime croit, à tort, qu'elle subit un trouble alimentaire.

Une intoxication se produit lorsqu'un individu respire suffisamment de monoxyde de carbone pour que celui-ci commence à remplacer l'oxygène dans le sang. Plus le monoxyde de carbone est présent dans le sang, plus les organes et les tissus du corps sont incapables de fonctionner normalement. Les principaux systèmes atteints sont le système cardiovasculaire et le système nerveux.

Les tissus modernes en cause

Les sources potentielles de monoxyde de carbone à l'intérieur d'une yourte sont multiples. Il peut s'agir notamment d'un poêle à bois, d'un appareil de chauffage d'appoint au gaz ou d'un réfrigérateur au propane.

Or, Louis-Marie Poissant souligne que le plus grand danger ne vient pas d'appareils défectueux, mais d'une ventilation déficiente et de l'utilisation de tissus qui ne sont pas perméables à l'air dans la construction de la yourte.

« Des grands tissus de polyéthylène plastique [...] on s'en sert beaucoup. On en met un peu partout et ça ne laisse pas passer l'air », explique-t-il.

Dans les yourtes mongoles, ce n'est pas un problème parce que c'est recouvert d'un gros feutre de laine. Il n'y a pas de plastique.

Louis-Marie Poissant, Direction de la santé publique de l'Outaouais

Il ajoute qu'une trappe au plafond ne suffit pas, puisque les échanges thermiques peuvent pousser le monoxyde de carbone vers le bas, lors des grands froids.

Les sources de monoxyde de carbone sont :

  • Les véhicules à moteur à combustion (essence, diesel, propane, gaz naturel) : automobile, camion, motocyclette, motoneige, véhicule tout-terrain
  • Les appareils de chauffage à combustible (mazout, gaz naturel, propane, pétrole, kérosène, bois) : fournaise, chaufferette, poêle, foyer
  • Les appareils électroménagers fonctionnant au gaz ou au propane : cuisinière, barbecue, réfrigérateur, sécheuse, chauffe-eau
  • Les appareils utilitaires à moteur à combustion : tondeuse, souffleuse, scie, polisseuse, génératrice, lampe, pompe

Une solution peu coûteuse

Selon Louis-Marie Poissant, la solution pour éliminer le risque d'intoxication au monoxyde de carbone est à la fois simple et peu coûteuse. Il suffit d'installer une petite trappe d'aération dans le plancher.

Les yourtes louées aux campeurs par la CCN sont maintenant munies de ce système et celles de la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ) ont été inspectées pour s'assurer qu'elles sont également sécuritaires.

Ça coûte 7-10 $. [...] Alors la solution est très, très simple.

Louis-Marie Poissant, Direction de la santé publique de l'Outaouais

Les directions régionales de santé publique du Québec invitent les autres propriétaires et les locateurs à en faire de même. Des lettres leur sont envoyées depuis une semaine.

Le saviez-vous?

Annuellement, plus de 400 Américains meurent d'un empoisonnement accidentel au monoxyde de carbone. Ce type d'intoxication est responsable de 20 000 visites aux urgences et de plus de 4000 hospitalisations.

Un « cas sentinelle »

Par ailleurs, le spécialiste en santé et environnement soutient que l'intoxication des campeurs dans le parc de la Gatineau a permis de prendre connaissance d'un nouveau risque.

M. Poissant rappelle qu'au fil des ans, des campagnes ont été menées pour informer la population quant à l'importance de bien aérer leur camp de chasse et à ne pas utiliser une génératrice à l'intérieur lors d'une tempête.

« Pour nous, ça a été ce qu'on appelle, dans notre jargon, un cas sentinelle », conclut-il.

La CCN affirme pour sa part qu'en 20 ans, c'est la seule et unique fois qu'un tel incident survient.

« Comme il y avait un froid intense cette nuit-là, le monoxyde a pénétré par le poêle à bois. La toiture conique, qui est une prise d'air frais, n'était pas suffisamment ouverte. Une bonne partie de la nuit, elle était fermée à la moitié », a détaillé dans un courriel la porte-parole de l'organisme, Jasmine Leduc.

Elle affirme que l'équipe d'entretien a pour pratique de laisser ouverte la prise d'air en question. Mme Leduc soutient par ailleurs que la CCN a appliqué toutes les recommandations de la Santé publique.

Les modifications apportées aux yourtes à la suite des recommandations de la Santé publique (Source : CCN) :

  • Munir chaque appareil à combustion d'une alimentation en air extérieur : tous les poêles à bois en sont maintenant pourvus. Les réfrigérateurs seront changés au printemps. En attendant, une prise d'air frais a été percée au plancher, à proximité de l'appareil.
  • Garder une fenêtre ouverte lorsque les appareils n'ont pas l'alimentation en air extérieur indépendant : cette mesure a été mise en place immédiatement après l'incident. Depuis, avec l'accord de l'expert de la Santé publique, une prise d'air frais au plancher a remplacé la fenêtre ouverte.
  • Munir les yourtes d'un avertisseur de monoxyde de carbone : toutes les yourtes en sont pourvues et les piles sont vérifiées entre chaque location.

Avec les informations de Rachel Gaulin

Est du Québec

Société