•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Arabie saoudite, le terrorisme, et 28 pages de secrets

28 pages de secrets sur le 11 septembre : reportage Christian Latreille
Reuters

Le gouvernement américain réfléchit à l'opportunité de rendre publics des extraits confidentiels d'une enquête du Congrès sur les attentats du 11 septembre 2001, qui examinent le soutien financier de l'Arabie saoudite aux militants islamistes, a déclaré jeudi la Maison-Blanche.

Ces 28 pages classées secret défense attirent de nouveau l'attention depuis qu'un ancien membre d'Al-Qaïda, le Français Zacarias Moussaoui, emprisonné à vie pour son rôle dans les attentats, a dit à des avocats de victimes qu'une dizaine de personnalités saoudiennes de premier plan avaient aidé financièrement le groupe djihadiste à la fin des années 1990.

Josh Earnest, porte-parole de la Maison-Blanche, a expliqué à des journalistes qu'à la suite d'une requête déposée l'an dernier par le Congrès, les services de renseignement examinaient la possibilité de rendre publique cette partie confidentielle du rapport. Il n'a pas dit quand prendrait fin cet examen.

Ces pages secrètes analysent l'implication des clans saoudiens et des entreprises du royaume dans le financement du terrorisme.

Dans sa déposition, Zacarias Moussaoui a déclaré que dans la liste des donateurs d'Al-Qaïda figuraient des responsables saoudiens extrêmement renommés comme le Prince Turki al Fayçal al Saoud, ancien chef des services de renseignements.

L'ambassade d'Arabie saoudite à Washington a dénoncé les propos de Moussaoui, qu'elle juge uniquement destinés à saper les relations de Ryad avec les États-Unis.

« Les États-Unis et l'Arabie saoudite entretiennent une relation forte en matière de lutte antiterroriste, qui constitue un élément primordial de notre partenariat stratégique », a souligné Josh Earnest.

International