•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Le Canada a besoin de villes fortes » - John Tory, maire de Toronto

Les maires de 19 grandes villes canadiennes sont réunis à Toronto : de gauche à droite les maires John Tory (Toronto), Gregor Robertson (Vancouver) et Maxime Pedneaud-Jobin (Gatineau)

Les maires de 19 grandes villes canadiennes sont réunis à Toronto : de gauche à droite les maires John Tory (Toronto), Gregor Robertson (Vancouver) et Maxime Pedneaud-Jobin (Gatineau)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les maires des grandes villes du Canada ont la ferme intention de ne pas être oubliés lors de la campagne électorale fédérale à venir.

Réunis à Toronto, jeudi, à l'occasion d'un sommet organisé par la Fédération canadienne des municipalités (FCM), les maires de villes telles que Montréal, Winnipeg ou Calgary sont tombés d'accord sur leur priorité numéro un : capter l'attention d'Ottawa sur les enjeux qui les préoccupent, l'emploi et la stabilité de l'économie figurant en tête de liste.

« On ne sait pas si on aura des élections en mai ou en octobre, alors on se prépare à toutes les éventualités. »

— Une citation de  La mairesse de Mississauga, Bonnie Crombie

Les 19 maires présents au Sommet réclament des partis fédéraux une « plateforme électorale robuste »,qui illustrera clairement ce qu'ils comptent faire pour soutenir les municipalités. Il est à noter que les villes d'importance au Canada constituent un poids politique non négligeable : les circonscriptions qui les composent représentent 142 des 308 sièges à la Chambre des communes.

De l'avis du maire de Toronto, John Tory, le parti qui remportera les élections fédérales sera celui qui se sera prononcé de la manière la plus précise et terre-à-terre sur les sujets qui touchent les citadins.

« Nous avons besoin d'emplois dans ce pays et pour avoir ces emplois, il nous faut du transport en commun, des infrastructures et du logement abordable. De cette manière, les gens pourront vivre dans des villes humaines et abordables et nous avons besoin de partenaires pour que cela se concrétise. »

— Une citation de  Le maire de Toronto, John Tory

Le maire d'Ottawa va dans le même sens que son collègue torontois : Jim Watson affirme que le gouvernement canadien doit s'intéresser aux problématiques du transport, des infrastructures, du logement abordable et de la sécurité. M. Watson va plus loin en affirmant que les gouvernements provinciaux aussi se doivent d'être à l'écoute des villes.

Les maires des grandes agglomérations au pays ne perdent pas de vue non plus que le gouvernement de Stephen Harper doit présenter un budget ce printemps.

Des lieux de grands défis

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, décrit les discussions qui ont lieu dans le cadre du sommet comme étant « assez intenses ». Et pour cause, les villes, dit-il, « sont maintenant le lieu de la pauvreté, de la création de la richesse, du dynamisme économique, le lieu où il y a de grands défis de transport en commun ».

Maxime Pednaud-Jobin affirme que les maires souhaitent être, pour le fédéral, des partenaires à part entière. « On ne veut pas aller quêter des ressources à Ottawa. [...] Les grandes villes sont prêtes à faire partie de la solution [...] un vrai gouvernement local ».

Les maires des grandes villes canadiennes aspirent à obtenir d'Ottawa et des provinces du financement stable. « Ce que nous avons avec le fédéral est un engagement épisodique, déplore le maire de Toronto, John Tory. Nous voulons un engagement stable. C'est comme le mariage : vous n'êtes pas célibataire le lundi et marié le mercredi ».

Ottawa estime en faire déjà beaucoup

Il n'y a pas que des zones d'ombre dans le tableau : John Tory a salué les investissements déjà accordés par Ottawa. Le fonds d'amélioration des collectivités, par exemple, renferme 32 milliards de dollars dont les municipalités disposent jusqu'en 2023. La part réservée spécifiquement aux infrastructures municipales s'élève à 14 milliards.

Dans un communiqué publié en fin de journée, le ministre fédéral de l'Infrastructure, des Collectivités et des Affaires intergouvernementales, Denis Lebel, affirme que « le soutien du gouvernement Harper pour les infrastructures publiques n'a jamais été aussi fort ».

« Notre gouvernement a introduit le plus vaste plan d'infrastructure fédéral de l'histoire de notre pays avec 75 milliards d'investissements dans les infrastructures publiques au cours de la prochaine décennie, dont les 53 milliards du Nouveau Plan Chantiers Canada pour les infrastructures provinciales, territoriales et municipales. »

— Une citation de  Le ministre canadien de l'Infrastructure, Denis Lebel

Montréal a besoin de logements sociaux, rappelle Denis Coderre

Le maire de Montréal, Denis Coderre, attend principalement du fédéral qu'il poursuive ses investissements dans le logement social « 2015 est la fin du programme, déplore Denis Coderre. Il y a toute la question des itinérants et du logement social. Le gouvernement du Canada ne peut pas retirer ses billes; ça fait partie de son rôle. »

Lors d'un débat organisé par la télévision de CBC, réunissant des maires du pays, Denis Coderre a expliqué que selon certaines estimations, il y a jusqu'à 30 000 itinérants à Montréal.  À supposer que le fédéral  ne veuille pas injecter plus d'argent, qu'au moins il ne coupe pas ce qui est actuellement versé, a plaidé le maire de Montréal.

En marge du sommet, le maire Coderre s'est entretenu une bonne vingtaine de minutes avec son homologue torontois, John Tory. Les deux homme sont ressortis apparemment satisfaits de leur entretien et il est à prévoir que des annonces de partenariat seront faites dans un avenir plus ou moins rapproché.

Participaient aussi au sommet des gens des milieux d'affaires et des syndicats. Par exemple, une table ronde réunira Craig Alexander, premier vice-président et économiste en chef du Groupe Banque TD, et Paul Moist, président national du Syndicat canadien de la fonction publique.

La Fédération canadienne des municipalités est présidée par Brad Woodside, maire de Fredericton, qui a pris la relève de Claude Dauphin, maire de l'arrondissement Lachine, à Montréal. La FCM existe depuis 1901. Ses membres regroupent tant les plus grandes villes du Canada que de très petites collectivités urbaines et rurales, de même que 19 associations provinciales et territoriales de municipalités.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !