•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le dynamitage à l'Îlot Irving dérange

Des citoyens s'inquiètent des travaux de dynamitage.

Des citoyens s'inquiètent des travaux de dynamitage.

Photo : Jean-François Nadeau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les travaux de dynamitage en cours à l'îlot Irving préoccupent des citoyens du quartier Saint-Jean-Baptiste. Certains d'entre eux craignent que les fondations de leur maison ne soient endommagées par les fortes vibrations ressenties depuis deux semaines.

Une citoyenne qui habite tout près, Mireille Bonin, affirme qu'il n'a jamais été question de dynamitage lors des nombreuses consultations publiques qui ont eu lieu dans le cadre du projet immobilier de GM Développement.

Un édifice de six étages comptant 84 unités d'habitation doit être construit sur le terrain adjacent à la caserne de pompiers de la rue Saint-Jean.

Mme Bonin craint les impacts du dynamitage sur sa maison. « Quand on travaille juste avec un marteau piqueur, ç'a des impacts sur notre fondation. Qu'est-ce que ça a comme impact quand on travaille avec de la dynamite? » s'interroge la résidente. Selon elle, il ne devrait pas y avoir de dynamitage dans un quartier historique, à proximité de maisons centenaires.

Un autre citoyen, Claude Rossy a été prévenu, lui, que les travaux de dynamitage commenceraient le 21 janvier. Puisqu'il habite dans un périmètre de 100 mètres du chantier, il a reçu un détecteur de monoxyde de carbone pour déceler toute présence de gaz dans son sous-sol.

M. Rossy partage tout de même certaines inquiétudes. « Ça fait vibrer la maison. C'est quand même inquiétant. Moi, ce qui m'inquiète le plus, c'est que ça défasse des joints de pierre au sous-sol, par exemple, ou des joints de brique à l'extérieur », dit-il.

Des charges « calculées »

L'entrepreneur chargé des travaux de dynamitage se fait pourtant rassurant. Le président de Dynamitage 1re Classe, Pierre Simard, explique que des calculs de charges ont été réalisés avant les travaux. S'ils sont respectés, dit-il, les résidents n'ont pas à s'inquiéter.

L'entrepreneur a pris soin d'installer une affiche en bordure du chantier avisant que des travaux de dynamitage avaient lieu.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'entrepreneur a pris soin d'installer une affiche en bordure du chantier avisant que des travaux de dynamitage avaient lieu.

« Il y a des appareils qui sont utilisés pour mesurer les vibrations. Je ne vous mentirai pas, il y a certaines vibrations, mais selon les appareils, il n'y a aucune des vibrations à date sur le chantier qui peut être dommageable pour les infrastructures », assure-t-il.

Pierre Simard explique que dans les circonstances, la meilleure façon de procéder est de faire plusieurs petits dynamitages, à raison d'environ quatre dynamitages maximum par jour.

« Dans certains chantiers, c'est le marteau hydraulique qui est utilisé, dit-il. Sauf que ça fait du bruit, ça cause des vibrations et ça dure beaucoup plus longtemps. Ça pourrait s'échelonner jusqu'à quatre mois. »

Les travaux de dynamitage, qui ont commencé le mercredi 21 janvier, dureront encore six jours.

Quartier sur le roc

De son côté, le président du Conseil de quartier de Saint-Jean-Baptiste affirme qu'il ne faut pas être alarmiste. Claude Dumoulin rappelle que des travaux de dynamitage ont déjà eu lieu dans le quartier. La situation l'exige parfois puisque le secteur s'est développé sur du roc.

Il conseille aux résidents inquiets de s'informer et de faire part de leurs craintes à la Ville de Québec.

La question du dynamitage fera partie de l'ordre du jour du prochain Conseil du quartier Saint-Jean-Baptiste, le 10 février.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !