•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La présence de la MIUF dans les foyers continue d'inquiéter les gens

Vendre une maison isolée à la MIUF

La mousse isolante d'urée-formaldéhyde, appelée la MIUF, a fait les manchettes dans les années 80. Depuis, elle a été bannie et est tombée dans l'oubli, sauf pour ceux qui en ont encore entre les murs de leur maison et qui désirent vendre leur propriété.

Bien que les dangers soient minimes, la MIUF fait encore peur aujourd'hui, si bien que la vente de la maison de Germaine Côté a avorté. « Ça m'a jeté à terre, moi qui ne pensais pas passer l'hiver ici », dit-elle.

Les acheteurs ont reculé parce qu'ils ne trouvaient pas d'assureurs en raison de la présence de ce type de mousse isolante.

La fille de Mme Côté, Noëlla Chouinard, a informé le courtier en assurances, qui a annulé sa protection.

Noëlla Chouinard est sous le choc. Sa mère vit pourtant dans cette maison depuis des décennies sans avoir éprouvé de problèmes.

« Je trouve ça épouvantable, dit-elle. C'est de l'abus. Ce n'est pas juste ma mère qui a une isolation avec la MIUF. Il y a d'autres propriétaires qui ont la même problématique. »

Une maison isolée avec la Miuf à Cap-ChatUne maison isolée avec la Miuf à Cap-Chat Photo : Radio-Canada/Archives

Interdite depuis 1980

À la fin des années 70, près de 80 000 propriétaires ont profité des subventions d'Ottawa pour isoler leur maison avec la MIUF.

Par la suite, ils ont été nombreux à se plaindre de problèmes de santé et ont montré du doigt le gaz incolore formaldéhyde.

Certains citoyens en Gaspésie ont quitté leur maison pour vivre dans des roulottes. Il s'en est suivi un procès historique que le gouvernement a gagné.

Même si l'installation de la MIUF est interdite depuis 1980, ce n'est qu'en 2004 que le formaldéhyde a été reconnu comme une substance cancérigène.

La MiufLa Miuf Photo : Radio-Canada

Dangereuse ou pas?

Pour sa part, le chimiste Laurent Groux, consultant à Benjel, ne trouve pas cet isolant très inquiétant.

« La plupart du temps, quand on fait des tests dans une maison de fumeur, le taux de formaldéhyde est plus élevé que dans une maison où il y a eu de la MIUF », dit-il.

Il reste toutefois des risques. Les infiltrations d'eau affectent la MIUF qui dégagera le formaldéhyde.

Si le propriétaire veut faire des rénovations, il risque également d'exposer les gens à la poussière du produit.

Laurent Groux se veut toutefois rassurant. « Dans 95 % des cas, le taux de formaldéhyde dans une maison isolée à la MIUF est tout à fait acceptable et respecte les normes », assure-t-il.

C'est sans crainte que Germaine Côté va continuer de vivre dans sa maison toujours en vente. Elle a aussi trouvé une assurance, mais au double du coût initial.

D'après le reportage de Jean-François Deschênes

Est du Québec

Société