•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jim Prentice défend le pétrole albertain devant la Chambre de commerce américaine

Jim Prentice a défendu le bilan environnemental de l'industrie des sables bitumineux albertaine devant la Chambre de commerce des États-Unis à Washington, mercredi le 4 février 2015.

Jim Prentice a défendu le bilan environnemental de l'industrie des sables bitumineux albertaine devant la Chambre de commerce des États-Unis à Washington, mercredi.

Photo : Pablo Martinez Monsivais

Radio-Canada

Dans un discours prononcé mercredi devant la Chambre de commerce des États-Unis à Washington, le premier ministre albertain Jim Prentice a plaidé pour une plus grande intégration des marchés américain et canadien de l'énergie et pour l'élimination des obstacles à l'exportation vers les États-Unis du pétrole issu des sables bitumineux canadiens.

Un texte de Gabrielle Michaud-SauvageauTwitterCourriel

Jim Prentice a mis de l'avant les principes du libre marché pour défendre l'exportation du pétrole albertain au sud de la frontière. Il a affirmé que l'exploitation du pétrole en Alberta est soumise à des normes environnementales beaucoup plus strictes que celles d'autres pays qui exportent sans problèmes aux États-Unis.

Il a évoqué des propositions de politiques aux États-Unis qui viseraient les sables bitumineux albertains, mais pas des types de pétrole comparables selon lui, comme le pétrole du Vénézuéla et le pétrole lourd de la Californie.

Jim Prentice a souligné l'augmentation de la production de pétrole et de gaz naturel aux États-Unis et au Canada au cours des dernières années en la qualifiant de « renaissance » du secteur de l'énergie en Amérique du Nord.

Pour tirer profit de leurs ressources naturelles, les États-Unis et le Canada se doivent de coopérer pour favoriser le libre marché dans le secteur de l'énergie tout en renforçant leur collaboration pour améliorer leur bilan environnemental, a affirmé le premier ministre albertain.

Les solutions les plus rapides et les plus pratiques au niveau de la protection de l'environnement proviennent du marché, a insisté Jim Prentice.

Il a d'ailleurs souligné la participation des États-Unis à un projet de recherche sur la captage et le stockage du carbone pour le projet Quest. Cet important projet de Shell vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre libérés dans l'atmosphère par l'exploitation des sables bitumineux en les stockant de façon permanente dans le sol.

Le gouvernement albertain a accordé 745 millions de dollars au projet et 1,3 milliard de dollars au total à des projets de captage et de stockage du carbone, malgré les nombreux échecs de projets semblables au Canada, aux États-Unis et en Europe.

Au cours de sa visite à Washington cette semaine, Jim Prentice a rencontré de nombreux politiciens républicains et démocrates, des représentants du milieu des affaires et d'organisations internationales. Il a discuté notamment de la situation du marché de l'énergie, du projet de pipeline Keystone XL et des règles américaines concernant l'étiquetage du pays d'origine qui touchent les producteurs de viande canadiens.

Jeudi, il doit rencontrer legouverneur du New Jersey Chris Christie, pressenti pour se présenter aux primaires républicaines en vue des élections présidentielles de 2016.

Il se rendra ensuite à New York où il doit rencontrer des représentants du secteur bancaire et prononcer un discours sur les relations internationales.

Alberta

Politique