•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Municipalités dévitalisées : la fin du programme de soutien soulève l'opposition

Randy Jones

Radio-Canada

Le non-renouvellement du programme du Fonds de soutien aux territoires en difficulté soulève l'opposition dans l'Est du Québec.

« C'est une annonce très grave pour les communautés dévitalisées », estime le maire de Gros-Mécatina en Basse-Côte-Nord, Randy Jones, qui s'insurge contre la décision du ministère des Affaires municipales.

La municipalité avait bénéficié du fonds, il y a quelques années, pour l'usine de transformation de produits marins, maintenant fermée.

Je ne sais pas ce que le gouvernement veut essayer de faire.

Randy Jones, maire de Gros-Mécatina

Terminé depuis le 31 mars 2014, le programme du Fonds de soutien aux territoires en difficulté ne sera pas reconduit, confirme le ministère des Affaires municipales. Il offrait une aide financière pour soutenir les territoires dans leur démarche de diversification et de développement.

En 10 ans, le programme a distribué près de 55 millions de dollars aux municipalités dans le besoin. Les fonds étaient notamment consacrés à des projets de développement économique et de mise aux normes de sécurité incendie.

L'opposition dénonce l'abolition

Pour sa part, le député de Gaspé et porte-parole de l'opposition officielle en matière d'affaires municipales et de développement des régions, Gaétan Lelièvre, dénonce à son tour l'abolition du programme. 

Il demande au ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, de revenir sur sa décision. M. Lelièvre estime qu'il s'agit d'une nouvelle attaque contre le développement des régions. 

Le député indique aussi que la confiance de nombreux élus des régions envers le gouvernement Couillard est fortement ébranlée. « Les libéraux n'ont aucune vision de l'occupation du territoire », dénonce-t-il.

La FQM inquiète

La nouvelle a aussi fait réagir la Fédération québécoise des municipalités, qui se montre inquiète. Elle demande au gouvernement d'allouer des sommes pour les municipalités dévitalisées.

Le président Richard Lehoux estime que cet appui destiné aux municipalités dévitalisées est primordial. « On ne peut pas s'imaginer qu'on va revitaliser des municipalités en claquant des doigts », dit-il.

Selon lui, l'arrêt du programme mettrait en péril ce qui a été réalisé par le passé.

La FQM comprend mal comment le gouvernement Couillard peut d'une part dénoncer les propos tenus la semaine dernière par le Conseil du patronat du Québec à l'égard des municipalités dévitalisées, tout en ne reconduisant pas ce programme de soutien. Le Conseil du patronat s'est depuis excusé et a modifié sa pensée.

Si les régions sont importantes, il va falloir faire des gestes concrets.

Richard Lehoux, président de la Fédération québécoise des municipalités

Richard Lehoux appuie toutefois l'idée d'un Fonds de développement des territoires. « Mais ça va prendre des sous de plus », dit-il. Un nouveau fonds devrait voir le jour cette année pour l'ensemble des municipalités.

Il y a  152 municipalités dévitalisées au Québec. Il en existe 70 au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie. La Côte-Nord en compte 10.

Pas question d'arrêter le soutien, assure le ministre Moreau

Pour sa part, le ministre Pierre Moreau a réitéré mardi sa volonté de soutenir les municipalités dévitalisées. Par voie de communiqué, il indique que le ministère des Affaires municipales revoit l'ensemble des programmes en infrastructures « afin de mieux prendre en considération la réalité des petites municipalités, notamment quant à leur capacité financière ».

Selon M. Moreau, cette démarche permettra « la réalisation de projets dans des municipalités dévitalisées, éloignées ou aux prises avec des contraintes particulières ». 

Il précise également que le nouveau Fonds de développement des territoires sera réparti entre les MRC « en tenant compte des critères de dévitalisation ». Pierre Moreau est d'avis que l'occupation du territoire implique le soutien du gouvernement.

Il y a 152 municipalités dévitalisées au Québec. Il en existe 70 au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie. La Côte-Nord en compte 10.

Est du Québec

Société