•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rimouski prête à accueillir plus d'immigrants

La régionalisation de l'immigration au Québec

La régionalisation de l'immigration au Québec

Photo : La Presse canadienne / Photo : PC/Paul Chiasson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le maire de Rimouski, Éric Forest, accueillerait favorablement une politique qui inciterait les immigrants à s'installer en région. Le maire y voit une solution pour remédier au vieillissement de la population.

Éric Forest souligne à cet égard que de 25 % à 30 % de la main-d'œuvre régionale doit partir à la retraite au cours des prochaines années. Les régions vont se battre entre elles pour attirer des travailleurs, estime le maire. « L'immigration n'est pas l'unique solution, mais c'est une avenue sur laquelle on doit se pencher », croit Éric Forest.

Le maire Forest réagissait ainsi à la proposition du philosophe Charles Taylor, un des présidents de la commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables qui s'est tenue en 2008.

M. Taylor souhaite que le gouvernement garantisse un emploi aux immigrants qui sont prêts à s'installer dans les régions du Québec. Charles Taylor a fait cette proposition dans le cadre des consultations qui se tiendront dès cette semaine sur la future politique d'immigration québécoise.

L'avenir des régions passe par l'immigration, indique Charles Taylor. Il constate, lui aussi, le manque de main-d'œuvre spécialisée dans les régions. « L'intérêt de la région, commente le philosophe, c'est de garder l'industrie. Et d'autre part il y a des immigrants qui arrivent ici avec des qualifications qui n'arrivent pas à trouver d'emplois dans leur métier. C'est une grande catastrophe de l'immigration au Canada en général. »

Le maire de Rimouski croit pour sa part que l'environnement régional favoriserait aussi l'intégration des immigrants en raison de l'absence de ghettos ou de fortes concentrations des communautés culturelles comme il en existe dans les grands centres urbains.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec