•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Normétal est suspendu

Normétal (archives)
Normétal (archives) Photo: normetal.ao.ca
Radio-Canada

Le maire de Normétal, Jacques Dickey, sera suspendu pour une durée de deux mois à compter du 9 février. Selon la Commission municpale du Québec, il a enfreint le Code d'éthique et de déontologie des élus municipaux.

Les faits qui lui ont été reprochés concernent la suspension sans rémunération et pour une durée indéterminée de la directrice générale, Lyne Blanchet, en 2013.

Trois plaintes avaient été portées contre le maire. Une seule a été retenue contre lui.

« La suspension est abusive puisque le maire a été manipulé et a omis d'agir avec toute l'indépendance requise... », peut-on lire dans la décision de la Commission municipale du Québec.

Des citoyens de Normétal demandent, depuis 2013, une vérification comptable de la municipalité et ont aussi conseillé régulièrement le maire Jacques Dickey. 

Cette proximité, parallèlement à un conflit qui a dégénéré entre une conseillère municipale et la directrice générale, aurait poussé le maire à suspendre Lyne Blanchet.

Jacques Dickey admet ses torts, qu'il attribue à son manque d'expérience. « En réalité, j'ai mal interprété certaines clauses du code municipal », dit-il.

Des formations, des documents et du soutien juridique sont offerts notamment par l'Union des municipalités du Québec (UMQ) pour les élus municipaux qui vivent des situations complexes.

« Obtenir ces informations-là, ça évite qu'il y ait des erreurs qui soient commises, même de bonne foi », précise Suzanne Roy, présidente de l'UMQ.

Le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMROT) est intervenu pour assister la municipalité dans cette crise. « Ce n'est pas la majorité des municipalités, loin de là, qui nécessitent un soutien aussi important », indique Denis Moffet, directeur régional du MAMROT.

À partir du 9 février, c'est le conseiller Djino Marcotte qui prendra les rênes de la municipalité pour deux mois.

Il se dit, lui, satisfait de la décision prise par la Commision municipale.

Abitibi–Témiscamingue

Affaires municipales