•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ebola : des essais cliniques de grande envergure débutent au Liberia

Une femme se fait donner un vaccin dans un hôpital du Libéria, lundi.

Une femme se fait donner un vaccin contre le virus Ebola dans un hôpital du Libéria, lundi.

Photo : AP/Abbas Dulleh

Associated Press
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des essais cliniques de grande envergure portant sur deux vaccins potentiels contre le virus Ebola ont débuté lundi au Liberia, dans l'espoir d'éviter une répétition de l'épidémie qui a fait quelque 9000 morts jusqu'à présent.

Ces essais ont été entamés après que des études plus modestes eurent démontré que ces vaccins sont sans danger pour l'humain. En les comparant maintenant avec un placebo, les chercheurs souhaitent déterminer s'ils peuvent protéger contre un virus qui tue environ 60 % de ses victimes.

Les responsables doivent néanmoins combattre les réticences d'une population qui craint d'être infectée par le vaccin. Chaque vaccin utilise un virus différent pour provoquer une réaction immunitaire, en insérant dans l'organisme des composantes génétiques non infectieuses de l'Ebola.

Un infirmier de 43 ans, B. Emmanuel Lansana, est devenu lundi la première personne à être inoculée, en dépit des craintes de sa femme.

Environ 600 volontaires participeront à la première phase de ces essais cliniques. Les responsables révèlent que jusqu'à 27 000 personnes pourraient éventuellement y participer.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) indique que l'épidémie d'Ebola a fait quelque 22 000 malades et plus de 8800 morts au cours de la dernière année.

Le premier vaccin a été développé au Canada avant d'être confié à deux firmes américaines, NewLink Genetics et Merck. Le second a été développé par les Instituts nationaux de la santé des États-Unis et est fabriqué par GlaxoSmithKline.

Ces essais surviennent au moment où les trois pays les plus durement touchés - le Liberia, la Guinée et la Sierra Leone - semblent enfin réaliser des progrès pour freiner la propagation du virus. L'OMS a rapporté la semaine dernière que ces pays ont détecté moins de 100 nouvelles infections au cours de la dernière semaine, pour la première fois depuis le mois de juin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !