•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé : Québec solidaire exige le retrait du projet de loi 20 

La Dr Lucie Fillion (à gauche) et le député de Mercier, Amir Khadir (au centre)

La Dr Lucie Fillion (à gauche) et le député de Mercier, Amir Khadir (au centre)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le député de Québec solidaire (QS), Amir Khadir, et des médecins omnipraticiens du Québec demandent le retrait du projet de loi 20 qui risque, selon eux, de mettre en péril la qualité des soins de santé.

En plus de mettre en danger la pratique médicale, ce projet de loi, qui impose des quotas de patients sous peine de sanctions, fera fuir les médecins, dénoncent-ils à l'unisson.

Selon la Dre Marie-Claude Goulet, le projet de loi attaque le « temps » nécessaire pour soigner, discuter et établir une relation de confiance avec le patient. « Ça attaque le cœur même de ce qu'on fait », résume-t-elle, ajoutant que les quotas sont « irréalistes » et « aberrants ».

Ce qu'on est en train de mettre en place - augmenter le débit et le volume - c'est de promouvoir de la mauvaise médecine, ni plus ni moins.

Dre Marie-Claude Goulet
Dre Marie-Claude GouletAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dr Marie-Claude Goulet

Photo : Radio-Canada

Pour la Dre Lucie Filion, imposer à un médecin de famille de suivre 1500 patients ne tient pas compte de la réalité. « Le ministre Barrette voudrait qu'on regarde les patients comme lui regarde ses radiographies », illustre-t-elle.

« J'ai 1300 patients inscrits, de la pédiatrie à la gériatrie, en plus de suivre 100 femmes enceintes pour un minimum de 11 visites par année, ce qui équivaut à 300 à 400 patients inscrits. Mais le projet de loi du ministre ne reconnaît pas ma pratique en obstétrique, car ces patientes sont temporaires », indique-t-elle, laissant entendre qu'elle pourrait laisser sa pratique plus tôt que prévu.

Départs anticipés

Les gens préfèrent des médecins qui sont prêts à les écouter lorsqu'ils en ont besoin [...]. Or, c'est exactement le genre de médecin que le projet de loi 20 va décourager et punir.

Amir Khadir, député de Québec solidaire et médecin

Des démissions « fracassantes ont déjà fait les manchettes et ce ne seront pas les dernières si le projet de loi 20 est adopté , a averti le député Amir Khadir, qui est aussi médecin de formation. Il faisait allusion au départ annoncé plus tôt cette semaine du Dr Vincent Demers dans une lettre aux médias.

Ce médecin, qui œuvre auprès de clientèles vulnérables, a décidé de se désengager de la Régie de l'assurance maladie du Québec pour protester contre les projets de loi 10, 20 et 28 du ministre Barrette.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique