•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Égypte relâche un journaliste d'Al-Jazira

Baher Mohamed, Mohammed Fahmy et Peter Greste en cour au Caire (archives)
Baher Mohamed, Mohammed Fahmy et Peter Greste en cour au Caire (archives) Photo: AP/Heba Elkholy
Radio-Canada

L'Égypte a ordonné l'expulsion du journaliste australien d'Al-Jazira Peter Greste, condamné comme son collègue Mohamed Fahmy à sept ans de prison pour son « soutien » aux Frères musulmans. Sa libération donne de l'espoir aux proches du journaliste canado-égyptien.

Peter Greste a embarqué en fin d'après-midi au Caire à bord d'un vol régulier d'Egypt Air vers Larnaca, à Chypre. Peu après son arrivée, le journaliste de 49 ans a déclaré envoyer ses pensées à Baher, à Mohamed et à leurs familles. 

Arrêté en décembre 2013, Peter Greste était détenu au Caire depuis juin avec deux autres collègues de la chaîne qatarie, l'Égyptien Baher Mohamed et le Canado-Égyptien Mohamed Fahmy.

Le régime du président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi accusait notamment les journalistes d'être des partisans des Frères musulmans, une organisation terroriste pour le nouveau gouvernement. Les trois hommes ont nié ces accusations, affirmant qu'ils ne faisaient que leur travail.

Peter Greste est un journaliste expérimenté, qui a couvert des conflits en Afghanistan et au Moyen-Orient pour divers médias, dont Reuters et la BBC, avant de rejoindre la rédaction anglophone d'Al-Jazira.

Mohamed Fahmy bientôt libéré?

On ignore toutefois ce qu'il adviendra de ses collègues, condamnés en même temps que lui à des peines de 7 et 10 ans de prison. 

Ottawa et la fiancée de M. Fahmy disent « avoir espoir » qu'il sera libéré et rapatrié au Canada. « Nous sommes dans la phase finale », a affirmé Marwa Omara à l'agence Reuters.

Le gouvernement s'est fait plus prudent. « Nous nous félicitons de ces développements positifs. Nous avons très bon espoir que le cas de M. Fahmy sera bientôt résolu », a affirmé à Radio-Canada une porte-parole de la ministre d'État aux Affaires étrangères et consulaires, Lynne Yellich.

« Les fonctionnaires canadiens continuent de collaborer étroitement avec le gouvernement de l'Égypte à cet effet et ils fournissent une assistance consulaire à M. Fahmy pour assurer son bien-être », ajoute-t-elle.

Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, a quant à lui parlé avec son homologue égyptien, Sameh Shoukry, indique un communiqué dimanche. « Le ministre Baird a accueilli favorablement les développements positifs d'aujourd'hui, et il a noté qu'il garde espoir que le cas de M. Fahmy sera réglé bientôt », peut-on lire dans le communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Dans une lettre, la mère de Mohamed Fahmy implore par ailleurs le président égyptien, Abdel-Fattah Al-Sissi, de libérer son fils, un « innocent » qui a besoin de soins médicaux.

Sur Twitter, Al-Jazira s'est réjoui de la libération de Peter Greste, tout en exigeant la libération de ses deux collègues.

Égypte : retour à l'ordre établi. Notre dossier
Avec les informations de Agence France-Presse, et BBC

International