•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PDG d'Hydro-Québec Thierry Vandal démissionne

Le président d'Hydro-Québec, Thierry Vandal

Photo : La Presse canadienne / Clement Allard

Radio-Canada

Le président d'Hydro-Québec, Thierry Vandal, a donné sa démission aujourd'hui. Il était en poste depuis 2005. Il avait été nommé par le gouvernement libéral de Jean Charest pour remplacer André Caillé et il était resté en poste sous le gouvernement péquiste de Pauline Marois.

M. Vandal quittera ses fonctions le 1er mai 2015. Le Conseil d'administration et son président décideront au cours des prochaines semaines des modalités entourant son remplacement, précise Hydro-Québec dans un communiqué.

Âgé d'une cinquantaine d'années, le PDG d'Hydro-Québec dit qu'il souhaite faire autre chose après 10 ans dans ces fonctions. Il ne compte pas faire de politique.

Démission du PDG d'Hydro-Québec : entrevue avec Pierre-Olivier Pineau, professeur à HEC Montréal, spécialiste des politiques énergétiques

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, ont salué le travail accompli par M. Vandal depuis sa nomination à la tête de la société d'État, en 2005.

« L'ouverture vers les marchés ontariens et américains et la mise en place de projets ambitieux comme celui du complexe hydroélectrique de La Romaine sont le fruit du travail du gestionnaire rigoureux qu'est Thierry Vandal. Il a su faire bénéficier l'entreprise de sa grande expertise en matière d'énergie, et nous tenons à le remercier pour l'ensemble de ses réalisations », a déclaré le ministre Arcand par voie de communiqué.

Le porte-parole de l'opposition officielle en matière d'énergie, Bernard Drainville, a pour sa part profité de l'occasion pour proposer que le processus de nomination soit amélioré.

« Lorsque le gouvernement aura identifié un candidat, ce dernier devrait être entendu par une commission parlementaire afin de soutenir sa candidature et de répondre aux questions des élus, et ce, avant l'adoption du décret de nomination par le gouvernement. », a dit le député péquiste.

Le porte-parole du dossier énergie à la CAQ, Gérard Deltell, est d'avis que M. Vandal laisse un bilan mitigé en matière de transparence et de maîtrise des coûts des projets d'Hydro-Québec. « M. Vandal avait certains passifs comme l'opacité de sa gestion, a-t-il dit. (...) Malheureusement il y avait des dépassements de coûts assez spectaculaires concernant Gentilly-2, les mini-centrales, les éoliennes. La gestion des compteurs intelligents a été tout sauf intelligente. »

M. Vandal devrait recevoir une indemnité de départ. Celle-ci ne peut dépasser 12 mois de salaire (soit environ un demi-million de dollars), selon un décret de 2012. 

Politique