•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vaccin contre la grippe est inefficace

Photo :  iStock/buffaloboy

Radio-Canada

Le taux d'efficacité du vaccin contre la grippe administré au Québec et ailleurs au Canada est de 0 % depuis le début de la saison. Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a déclaré vendredi que cette situation était « exceptionnelle » et qu'elle ne devrait pas dissuader les gens de se faire vacciner.

« La nature a déjoué la science et c'est toujours possible », a dit le ministre Barrette. Selon lui, les risques qu'un tel échec se reproduise l'an prochain sont à peu près nuls.

C'est une première à 0 %. Il est impossible de prédire le succès du vaccin, mais c'est exceptionnel que ce soit à 0 %. 

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette

Normalement, le vaccin contre la grippe saisonnière a un taux d'efficacité qui se situe autour de 50 % à 70 %. Or, seul le virus H3N2 a circulé jusqu'ici au Québec et ailleurs au pays, alors que le vaccin protège uniquement contre les souches B et H1N1 de l'influenza.

Le médecin épidémiologiste à l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) Gaston De Serres admet que ces résultats décevants peuvent avoir une incidence sur les campagnes de vaccination à l'avenir.

« C'est certain qu'une nouvelle comme ça, c'est un peu démotivant pour les gens qui viennent se faire vacciner. Mais je pense que ce serait une erreur de dire : "comme ça a été 0 % cette année, ce sera 0 % l'année prochaine" », soutient le spécialiste.

Le ministre Barrette abonde dans le même sens. Il a tenu à lancer un message ce matin. « Il y a toujours des gens qui sont prêts à faire de la polémique pour prendre des décisions contraires au bon sens. [...] Le vaccin, il faut continuer à le prendre annuellement pour la grippe, c'est essentiel », a dit le ministre.

Le microbiologiste et infectiologue Richard Marchand croit qu'il serait malheureux que moins de gens choisissent de se faire vacciner l'année prochaine.

Les années où la grippe n'est pas très fort, on a entre 200 et 600 morts. Alors que dans les mauvaises années, on peut facilement avoir 2000 morts.

Ne pas se faire vacciner parce que le vaccin n'a pas été efficace cette année, ce serait comme se dire : le feu de circulation n'a pas prévenu l'accident, donc je ne m'occupe plus des feux de circulation.

Richard Marchand

Taux d'efficacité du vaccin

2013-2014      70 %
2012-2013      50 %
2011-2012      60 %

Choisir la bonne souche

Le médecin épidémiologiste Gaston De Serres précise qu'il n'est pas simple de concevoir le vaccin contre la grippe. Sa composition est déterminée presque un an à l'avance.

Un comité de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) se réunit au mois de février pour déterminer quelles sont les souches de la grippe les plus susceptibles de circuler pendant la saison prochaine.

Le problème, c'est que la sélection se fait en février pour pouvoir produire le vaccin et la production prend six mois. Donc, on ne peut pas choisir le virus au mois de juillet.

Dr Gaston De Serres

Le virus a donc le temps d'évoluer et c'est ce qui s'est probablement produit cette année. Le Dr De Serres croit donc qu'il faut changer les façons de faire pour éviter ces résultats variables d'une année à l'autre.

« Je pense que ces résultats, c'est le signal pour dire qu'il faut absolument faire les efforts de recherche pour développer un vaccin qui soit absolument plus efficace avec des résultats plus prévisibles », dit-il.

Richard Marchand souligne que les scientifiques cherchent depuis une dizaine d'années à développer un vaccin universel qui pourrait couvrir toutes les formes d'influenza A. « Dans les deux-trois dernières années, on a fait beaucoup de chemin dans ce sens-là. Il n'est pas du tout impossible que d'ici trois ou quatre ans, on ait un vaccin universel quel que soient les H ou les N ».

Par ailleurs, il n'est pas exclu qu'une autre souche de la grippe fasse son apparition d'ici la fin de l'hiver, ce qui pourrait augmenter le taux d'efficacité du vaccin actuel.

Aux États-Unis, ce taux tourne autour de 23 % depuis le début de la saison.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Santé