•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Égypte : 27 morts dans une série d'attaques

Des militaires égyptiens lors d'une patrouille dans le Sinaï, le 21 mai 2013.

Des militaires égyptiens lors d'une patrouille dans le Sinaï, le 21 mai 2013.

Photo : La Presse canadienne / AP Photo

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Quatre attaques ont fait 27 morts et des dizaines de blessés, jeudi, dans la province égyptienne du Nord-Sinaï ainsi que dans la ville de Suez, quelques jours après le quatrième anniversaire du déclenchement du soulèvement qui avait fait tomber le président d'alors, Hosni Moubarak.

Ces attaques ont été revendiquées par la branche égyptienne du groupe armé État islamique (EI), qui a conquis l'an dernier de vastes territoires en Syrie et en Irak.

La première attaque, qui a visé des bâtiments de l'armée, a fait 25 morts et au moins 58 blessés, dont 9 civils, à Al-Arich, chef-lieu du Nord-Sinaï, a-t-on appris de sources médicales et proche des services de sécurité égyptiens.

Le journal gouvernemental Al-Ahram a indiqué que ses bureaux à Al-Arich, situés en face d'une base militaire et d'un hôtel (qui, selon des sources proches de la sécurité, étaient les cibles de l'attaque), avaient été « entièrement détruits ».

L'attaque d'une unité de l'armée au sud d'Al-Arich a fait en outre quatre blessés.

Un peu plus tard, des islamistes présumés ont attaqué un poste de contrôle de l'armée à Rafah, tuant un commandant et blessant six autres personnes.

Un agent de police a été tué en outre dans l'explosion d'une bombe posée au bord d'une rue de la ville de Suez.

L'Égypte est aux prises avec une insurrection islamiste dans le Sinaï, qui a coûté la vie à plusieurs centaines de membres des forces de sécurité.

Hommage à des manifestants tués

L’activiste Shaimaa Al-Sabbagh aidée par son mari après avoir été atteinte par balle. La blessure sera mortelle.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L’activiste Shaimaa al-Sabbagh aidée par un manifestant après avoir été atteinte par balle. La blessure sera mortelle.

Photo : Al Youm Al Saabi / Reuters

La tension a monté d'un cran en Égypte cette semaine avec les manifestations, marquées pour certaines par des violences, qui ont eu lieu à l'occasion du quatrième anniversaire du soulèvement anti-Moubarak du début 2011.

Jeudi en début de journée, un groupe de femmes a manifesté au Caire à la mémoire de la militante Shaimaa Al-Sabbagh et d'environ 25 autres personnes qui auraient été tuées par les forces de sécurité lors de leur intervention contre les manifestants.

Shaimaa Al-Sabbagh, qui avait 32 ans, est morte samedi alors que les policiers anti-émeutes dispersaient une petite manifestation pacifique. Selon ses proches, elle a été tuée par balles. Les photos de son corps ensanglanté ont fait le tour des médias sociaux, suscitant indignation et condamnations.

« Les gens du ministère de l'Intérieur sont des bandits! » ont scandé une centaine de femmes, jeudi, à l'endroit où est morte Shaimaa Al-Sabbagh.

Égypte : retour à l'ordre établi. Notre dossier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !