•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Université d'Ottawa pourrait remettre un rapport d'enquête interne à un juge

Le Groupe de travail sur le respect et l'égalité à l’Université d’Ottawa a présenté son rapport ce matin

Le reportage de la journaliste Charlotte Landry

Photo : Lorian Belanger

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Université d'Ottawa n'exclut pas de remettre le rapport de l'enquête interne, qui a mené à la suspension de son programme de hockey masculin, au juge qui entendra le recours collectif déposé par des membres de l'équipe.

Le recteur et vice-chancelier de l'établissement d'enseignement a évoqué cette possibilité, jeudi, en entrevue à l'émission Le midi trente Ottawa-Gatineau.

Allan Rock affirme que l'Université d'Ottawa a jusqu'ici refusé de rendre ce rapport public, pour protéger la vie privée des joueurs de hockey et pour ne pas nuire au procès criminel de deux étudiants accusés d'agression sexuelle.

Or, la poursuite de plusieurs millions de dollars, qui oppose vingt anciens membres de l'équipe et l'établissement, pourrait changer la donne. L'avocat des joueurs dit que ses clients demandent réparation, parce qu'ils estiment que leur réputation a été traînée dans la boue, après l'annulation successive de deux saisons.

Nous sommes confiants que nous avons pris la bonne décision avec la suspension [de l'équipe de hockey] et nous sommes confiants que la cour sera d'accord avec cette décision.

Une citation de :Allan Rock, recteur et vice-chancelier de l'Université d'Ottawa

« Comme réponse à ce recours collectif, possiblement, il faut faire référence à ce rapport et mettre le rapport devant la cour », croit M. Rock. « Mais, on est en train d'examiner toute cette question. »

Des comportements répréhensibles généralisés

Le recteur souligne que l'équipe de hockey de l'Université d'Ottawa n'a pas été suspendue seulement en raison du dépôt d'accusations criminelles contre deux de ses joueurs.

« Nous avons décidé de suspendre le programme de hockey masculin à cause du fait que, selon notre enquête, on avait des comportements malsains généralisés durant la fin de semaine [NDLR : à Thunder Bay, où les deux joueurs ont été accusés] », dit M. Rock. « Nous sommes arrivés à la conclusion que les règles de comportement n'étaient pas claires. »

Le comportement était inacceptable [et] on a manqué, aussi, un niveau de supervision.

Une citation de :Allan Rock, recteur et vice-chancelier de l'Université d'Ottawa

Au moment d'annoncer sa décision d'annuler la saison 2014-2015 de hockey masculin, l'Université d'Ottawa avait également annoncé le renvoi de son entraîneur-chef, Réal Paiement.

De la formation sera offerte

Par ailleurs, l'établissement postsecondaire s'est engagé à offrir une « formation à l'intention des athlètes-étudiants et du personnel d'entraînement à temps plein ».

L'Université répond ainsi à l'une des 11 recommandations de son Groupe de travail sur le respect et l'égalité, dont le rapport a été dévoilé jeudi matin.

« Les athlètes chez nous sont premièrement des étudiants », souligne M. Rock. « Ce que le Groupe de travail a recommandé, c'est [d'avoir] un système de formation pour s'assurer que tout le monde est sensible à l'importance de comportements respectueux. »

Le comité, présidé par la professeure Caroline Andrew, demande aussi à l'Université d'Ottawa de faire en sorte que le Service des sports intègre mieux les femmes, notamment en offrant un financement proportionnel aux équipes sportives interuniversitaires masculines et féminines, et en favorisant l'embauche de femmes dans des postes de gestion.

Avec les informations de Marie-Lou St-Onge et Michel Denis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !