•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal ne doit pas donner de tribune à un imam intégriste, dit la ministre de l'Immigration

Un imam intégriste veut s'installer dans l'est de Montréal
Radio-Canada

La Ville de Montréal ne doit pas permettre à l'imam intégriste Hamza Chaoui de propager ses valeurs, « inacceptables » dans une société de droit où les hommes et les femmes sont égaux.

C'est en substance ce que la ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, Kathleen Weil, a déclaré lors d'un point de presse jeudi après avoir pris connaissance des intentions de l'imam intégriste, rapportées par La Presse. Elle juge ses propos « dangereux ».

La ministre Weil se garde bien cependant de s'immiscer dans les affaires de Montréal, tout en soulignant que les deux gouvernements partagent les mêmes valeurs et qu'en ce qui la concerne: « Mon souhait évidemment, c'est qu'il n'y ait pas de centre communautaire où l'on puisse véhiculer ces valeurs. »

À son avis, l'imam Chaoui prêche l'oppression des femmes, en rupture avec les valeurs d'égalité que prône le Québec.

Selon ce que rapporte le quotidien La Presse, l'imam Chaoui considère que l'islam et la démocratie sont « complètement » incompatibles puisque des homosexuels peuvent se faire élire députés. Il croit aussi que les femmes doivent avoir un tuteur.

De passage à Québec en matinée, le maire de Montréal, Denis Coderre, s'est montré préoccupé par les propos du religieux.

 « Le message qu'on doit envoyer c'est que, quand on dit qu'on est contre la démocratie, eh bien ça ne fait partie de nos valeurs à nous. » Il a indiqué qu'il allait discuter du dossier avec le maire de l'arrondissement concerné, Réal Ménard, avant de décider de la marche à suivre.

Imam controversé : analyse et perspective à 24|60

Le PQ dénonce les propos « moyenâgeux » de l'imam Hamza Chaoui

Le Parti québécois de son côté n'a pas tardé à réagir.

 « L'imam Hamza Chaoui (...)  a notamment affirmé que la démocratie et l'islam ne sont pas compatibles, et que le vote est un péché. Nous dénonçons vivement ces propos moyenâgeux », a affirmé Agnès Maltais, porte-parole de l'opposition officielle en matière de laïcité.

La députée d'Hochelaga-Maisonneuve, Carole Poirier, a pour sa part indiqué qu'elle appuyait « les autorités municipales dans leurs démarches de vérification de la compatibilité d'un centre communautaire dirigé par cet imam avec le milieu ».

Ses propos sur la place que devraient occuper les femmes et les homosexuels dans notre société sont incompatibles avec nos valeurs, notamment avec celle, absolue, de l'égalité entre les hommes et les femmes.

La porte-parole en matière de condition féminine au PQ, Carile Poirier

La CAQ demande au premier ministre de se prononcer

La porte-parole de la CAQ en matière de laïcité, Nathalie Roy, estime que les commentaires de la ministre Weil sont insuffisants.

« Philippe Couillard doit affirmer que des messages d'une telle nature ne sont pas compatibles avec nos valeurs et qu'il ne les tolérera pas », a-t-elle répété.

 La militante pour la laïcité, Djemila Benhabib, en appelle pour sa part aux pouvoirs publics.

L'imam Hamza ChaouiL'imam Hamza Chaoui

Pour monsieur Chaoui, qui tient un discours absolument réactionnaire, haineux, il est important que les pouvoirs publics s'en occupent. Jusqu'à quand nous allons tolérer que des prédicateurs religieux continuent de tenir un discours, continuent aussi de convertir les jeunes?

La militante pour la laïcité,Djemila Benhabib,

Le professeur Frédéric Castel, du Département de science des religions de l'UQAM, a souligné pour sa part qu'à sa connaissance, l'auditoire de cet imam, qui circule entre Québec et Montréal, est limité.

« Les autres imams, en général, ne le connaissent même pas », a-t-il dit en entrevue à RDI.

Pour Kathy Malas, vice-présidente du Forum musulman canadien, le discours de l'imam Hamza Chaoui est isolé et ne représente pas la majorité des musulmans de Montréal et du Québec. « Le Conseil des imams du Québec promeut les valeurs québécoises de paix et de société », a-t-elle expliqué en entrevue à l'émission 24|60.

Djemila Benhabib croit toutefois de son côté que ce type de discours n'est pas isolé dans la métropole. « J'en entends pratiquement à tous les jours, il y a de très nombreux prédicateurs à Montréal qui tiennent exactement le même discours que M. Hamza Chaoui », fait-elle valoir.

Pierre Trudel, du Centre de recherche en droit public de l'Université de Montréal, rappelle que si appeler à la haine constitue une infraction au pays, il n'est pas toujours simple de de tracer la limite entre un tel appel et des propos qui peuvent être jugés méprisants.

« En 2013, la Cour suprême du Canada a fait la distinction - qui est loin d'être facile à faire - entre l'appel à la haine et le propos qui consiste à mépriser les personnes : par exemple, préconiser que l'on supprime les droits des homosexuels, ou qu'on supprime les droits des femmes. La Cour suprême dit : " Ça, c'est une opinion qui est sans doute détestable, mais elle ne peut pas être illégale. Elle est protégée par la liberté d'expression " », expose Pierre Trudel.

Avec les informations de La Presse canadienne

Société