•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inquiétude chez les sages-femmes de la Baie-des-Chaleurs

La sage-femme Catherine Gerbelly lors d'un suivi avec l'une de ses patientes.

La sage-femme Catherine Gerbelly lors d'un suivi avec l'une de ses patientes.

Photo : Radio-Canada/Marie-France Bélanger

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les sages-femmes de la Baie-des-Chaleurs pourraient être interdites de pratique à l'extérieur de l'hôpital de Maria.

Selon le collectif Accès sages-femmes Baie-des-Chaleurs, le comité de travail chargé de la création d'un service de sages-femmes pourrait déposer bientôt un projet d'entente très restrictif au conseil d'administration du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de la Baie-des-Chaleurs. Toutefois, ce projet d'entente ne fait pas l'unanimité au sein du comité.

Un des éléments de cette entente ferait en sorte que les sages-femmes ne pourraient pas pratiquer des accouchements ailleurs qu'à l'hôpital. Accès sages-femmes Baie-des-Chaleurs estime que cela ne correspond pas aux normes de la pratique des sages-femmes et ne répond pas aux besoins de la population.

La porte-parole d'Accès sages-femmes Baie-des-Chaleurs ne comprend pas pourquoi tant d'autres régions bénéficient d'un tel service en partenariat avec les centres de santé, et depuis plusieurs années.

« On pense que ça découle encore une fois de la méconnaissance de la pratique de sage-femme, de ce qu'elle peut faire et ne pas faire », affirme Marie-Josée Racine.

« On continue de croire que ça peut poser un danger aux femmes et à leur bébé d'accoucher à domicile, alors que des études démontrent le contraire. »

— Une citation de  Marie-Josée Racine, porte-parole d'Accès sages-femmes Baie-des-Chaleurs

Marie-Josée Racine rappelle que les sages-femmes peuvent pratiquer à domicile ou en maison de naissance depuis 20 ans ailleurs au Québec, notamment dans La Mitis, à Rimouski et à Matane, et que cette pratique est entérinée par le ministère de la Santé et des Services sociaux.

Par ailleurs, le collectif craint la disparition du poste réservé aux sages-femmes dans les Centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS), qui vont remplacer les CSSS.

Le projet de loi 10 sur la réforme du réseau de la santé présenté par le ministre Gaétan Barrette prévoit quatre CISSS dans l'Est du Québec : en Gaspésie, aux Îles-de-la-Madeleine, au Bas-Saint-Laurent et sur la Côte-Nord.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec