•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 école publique anglaise sur 5 menacée de fermeture à Toronto

Des écoles menacées de fermeture

La ministre ontarienne de l'Éducation, Liz Sandals, a affirmé jeudi que la province dépense un milliard de dollars par an pour des écoles sous-utilisées, mais que cela ne signifie pas qu'elles devront toutes fermer leurs portes.

Lors d'un point de presse, Liz Sandals a indiqué que la plupart des 600 écoles sous-utilisées se trouvent dans la région de Toronto, mais que le problème existe aussi ailleurs en Ontario et que le gouvernement ne peut plus se permettre de financer des places vides.

La ministre reconnaît que dans les petites communautés rurales, les écoles devront rester ouvertes pour éviter que les enfants aient de longs trajets à faire.

Liz Sandals a aussi précisé que la province souhaite que les conseils scolaires de chaque communauté (anglaise, française, catholique, publique) envisagent des regroupements lorsque c'est possible.

Dans les plus grandes villes, la ministre affirme qu'il est aussi possible que ce soit une école plus petite et plus ancienne avec fréquentation importante qui ferme et que les élèves soient transférés dans une école sous-utilisée, mais disposant d'installations plus modernes.

Un rapport du TDSB

Un nouveau rapport du Conseil scolaire public anglais de Toronto (TDSB) indique que 130 des 589 écoles du plus gros conseil au pays sont pleines à moins de 65 %.

Le gouvernement provincial a demandé au Conseil de vendre ses sites sous-utilisés pour l'aider à financer la rénovation de ses autres établissements, une question qui a soulevé la controverse dans le passé.

Parmi les écoles qui pourraient ainsi être fermées : Eastern Commerce Collegiate, Kensington Community School et Nelson Mandela Park Public School.

Ontario

Éducation