•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pesticides : les apiculteurs pressent Québec d'intervenir

Des abeilles mortes
Photo: La semaine verte
Radio-Canada

Le gouvernement du Québec tarde à établir de nouvelles exigences pour l'utilisation des néonicotinoïdes, dénoncent les apiculteurs du Québec et de l'Ontario. Bon nombre d'entre eux tirent la sonnette d'alarme parce que leurs colonies sont en déclin en raison de cette classe de pesticides.

Québec a fait savoir qu'une révision des exigences entourant les néonicotinoïdes est en cours, mais des intervenants souhaitent une réaction plus rapide.

C'est le cas de l'apiculteur Jean-Guy Lechasseur, qui souligne que les effets néfastes de ces pesticides se font sentir même durant l'hivernation des abeilles.

« Ça prend deux à trois fois plus de ruches depuis les dix dernières années pour produire la même quantité de miel qu'on produisait dans les années 2000 », déplore-t-il.

Faire pression sur les gouvernements

Les apiculteurs du Québec et de l'Ontario ont uni leurs voix pour presser les gouvernements provinciaux d'agir.

Déjà, le gouvernement ontarien propose de réduire de 80 % les superficies cultivées avec des semences traitées, principalement du maïs et du soya.

À Québec, on affirme que le ministère de l'Environnement travaille sur une stratégie afin de resserrer les conditions d'utilisation des néonicotinoïdes.

Au bout du compte, c'est l'Agence canadienne de réglementation de la lutte antiparasitaire qui homologuera les produits utilisés, mais l'Union des producteurs agricoles (UPA) souhaite que les producteurs puissent choisir les semences traitées au néonicotinoïde ou non.

« Quand on a adopté notre résolution, c'est qu'il y avait de moins en moins de choix [...] Maintenant, vous voyez de plus en plus d'entreprises qui offrent les graines », explique Jean-Guy Lechasseur.

Des études du gouvernement du Québec sur les effets des néonicotinoïdes, qui sont sur le marché depuis les années 90, devraient être publiées à l'automne.

D'après un reportage d'Isabelle St-Pierre Roy

Est du Québec

Agro-industrie