•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À Sundance, cinéma indépendant et placement de produits font bon ménage

Le reportage de Tanya Lapointe
Radio-Canada

PARK CITY, UTAH - Le Festival de Sundance est victime de son propre succès. En attirant les plus grands noms et les perles rares du cinéma indépendant, il attire aussi les foules et les nombreux commanditaires.

Un texte de Tanya LapointeTwitterCourriel

Fanny Mallette l'a constaté en représentant le film Chorus, retenu en compétition internationale.

« C'est comme si les médias ici étaient associés à une compagnie ou à un produit. On entrait quelque part, on essayait des manteaux et on se rendait où on devait aller pour rencontrer les médias, mais on ne parlait pas de cinéma. »

Park City, au Utah, où se tient le Festival du film de SundancePark City, au Utah, où se tient le Festival du film de Sundance Photo : Danny Moloshok

Les organisateurs maintiennent que le festival vise d'abord et avant tout à offrir une vitrine aux films qui ne sont pas issus des studios hollywoodiens.

Et Robert Redford continue de défendre ce festival qu'il a lancé en partageant sa vision avec les cinéastes qu'il invite chaque année dans son ranch privé.

« Il y avait Robert Redford qui nous a fait une allocution vraiment inspirante, explique Anouk Whissell, une des réalisatrices du film Turbo kid. Après l'avoir entendu, on avait juste le goût de prendre une caméra tout de suite et aller tourner un autre film. »

C'est la deuxième fois que François Delisle est invité à Sundance. Selon lui, le festival a toujours sa raison d'être malgré son volet commercial.

L'actrice Toni Collette assiste à un événement organisé par le fabricant de vêtements Eddie Bauer, lors du Festival de film de Sundance à Park City, au UtahL'actrice Toni Collette assiste à un événement organisé par le fabricant de vêtements Eddie Bauer, lors du Festival de film de Sundance à Park City, au Utah Photo : Scott Roth/Invision for Eddie Bauer/AP Image

« Je l'ai vécu avec Le météore, qui était un film complètement champ gauche, et le film a encore sa vie et c'est grâce en bonne partie à Sundance. C'est pas juste le festival, c'est le poste de télé, ce sont les salles de cinéma, c'est tout ce qu'il y a autour, la Sundance Film Society. »

Le festival continue de s'adapter à sa croissance inattendue, tout en essayant de ne pas y perdre son âme.

Cinéma

Arts