•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le point de vue féministe de Nancy Huston sur Charlie Hebdo

Nancy Huston

Nancy Huston

Photo : Fanny Dion

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'écrivaine canadienne Nancy Huston s'est prononcée sur le travail de l'hebdomadaire Charlie Hebdo mercredi en entrevue sur les ondes de la Radio Télévision suisse (RTS).

Née à Calgary et installée en France depuis une quarantaine d'années, l'auteure était de passage au Palais de Rumine, à Lausanne en Suisse, pour présenter des extraits de son nouveau roman, Le club des miracles relatifs, dont l'histoire se déroule dans des camps de travailleurs de l'industrie pétrolière, à Fort McMurray, en Alberta.

« Les hommes ont vraiment un problème avec le masculin et la virilité, et beaucoup de violence dans ce monde en découle », a dit Nancy Huston, qui a beaucoup écrit sur la condition féminine. C'est pourquoi elle a été invitée à commenter l'attaque contre l'hebdomadaire français Charlie Hebdo.

« Je peux dire que les dessinateurs de Charlie Hebdo avaient aussi un problème avec leur virilité, que j'ai toujours détesté l'image des femmes et des homosexuels qui transparaissait dans leurs dessins, comme j'ai détesté le fait qu'ils publient les caricatures islamiques. »

Elle a ensuite ajouté : « C'est un humour qui trivialise, agresse, banalise, blesse, et je n'ai jamais vu l'utilité d'être bête et méchant. Je ne peux pas dire que ce sont mes valeurs, puisque mes valeurs sont exactement le contraire de ça. »

Nancy Huston a remporté en 2006 le prestigieux prix Femina pour son roman Lignes de faille. En 2005, elle a été faite chevalière des Arts et des Lettres en France et officière de l'Ordre du Canada.

Avec les informations de RTS

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !