•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario resserre la réglementation des parcs animaliers

Chargement de l’image

Les orques au parc Marineland

Photo : Marineland

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Deux ans et demi après les allégations d'animaux maltraités au parc d'attractions Marineland, l'Ontario interdit l'acquisition et la reproduction en captivité des épaulards.

De nouvelles normes régiront par ailleurs la taille des bassins des parcs animaliers, notamment.

À l'été 2012, un ex-entraîneur animalier du populaire parc d'attractions Marineland, Phil Demers, avait affirmé qu'il y avait des problèmes récurrents relativement au système de filtration des différents bassins d'eau du parc de Niagara Falls. Résultat : des morses et des dauphins perdaient, selon lui, des morceaux de peau, en plus de souffrir de problèmes visuels ou de devenir carrément aveugles.

Des défenseurs des animaux ont applaudi à la nouvelle réglementation ontarienne.

« [Le gouvernement] reconnaît qu'il est inhumain de confiner des épaulards à de petits bassins pour notre divertissement. »

— Une citation de  Camille Labchuk, groupe Justice For Animals

Marineland, qui a toujours nié maltraiter ses animaux, s'était néanmoins plié à des modifications demandées par la Société ontarienne pour la prévention de la cruauté envers les animaux (OSPCA).

Ces nouvelles normes sont le fruit des recommandations du biologiste David Rosen de l'Université de la Colombie-Britannique et sont « parmi les plus rigoureuses au monde », selon le gouvernement ontarien.

La date d'entrée en vigueur des nouvelles mesures n'a pas été précisée. La province explique qu'elle « établira un groupe consultatif technique, composé de vétérinaires ainsi que de représentants de groupes de protection des animaux, de l'industrie et de partenaires de l'application de la loi, pour fournir des conseils sur les normes définitives et sur le calendrier de leur mise en œuvre ». Ce groupe doit présenter ses recommandations d'ici six mois.

 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario