•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un tribunal-école pour des élèves autochtones de Saskatoon

Le juge Gerald Morin a siégé lors de l'audience du tribunal école avec les élèves autochtones de l'école Saint Frances de Saskatoon.

Le juge Gerald Morin a siégé lors de l'audience du tribunal école avec les élèves autochtones de l'école Saint Frances de Saskatoon.

Photo : Eric Anderson/CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des élèves autochtones de l'école Saint-Frances de Saskatoon se sont familiarisés avec le système judiciaire la semaine dernière grâce à un tribunal-école. Une quarantaine de jeunes ont participé à cette activité dans le cadre du programme Dare to Dream visant à fournir une éducation légale aux autochtones et à les intéresser à une carrière juridique.

Pour se préparer à ce tribunal-école, les jeunes autochtones ont rencontré des étudiants du programme de droit de l'Université de la Saskatchewan sur une base hebdomadaire depuis novembre. Ils ont ainsi pu en apprendre davantage sur le système judiciaire et pratiquer leur rôle pour le tribunal-école.

Le juge Gerald Morin, lui-même un cri ayant grandi à Cumberland House dans le nord-est de la Saskatchewan, a présidé le tribunal-école vendredi. Il estime que l'activité a permis aux jeunes d'avoir un contact positif avec la justice.

Ils sont des participants du système de justice. Pour moi, c'est très important. Je crois que souvent nous le voyons dans une autre situation, une situation négative. Là, c'est positif, c'est une situation d'apprentissage et ils ont fait un très bon travail.

Une citation de :Gerald Morin, juge

Selon la directrice générale de l'organisme Avocats canadiens à l'étranger qui est derrière le programme Dare to Dream, Britainy Twiss, le tribunal-école est bien plus qu'un jeu. Elle estime que l'activité permet aux jeunes de la 6e à la 8e année d'être sensibilisés aux conséquences de certains styles de vie à haut risque.

Nous nous concentrons sur les 11 à 14 ans parce que nous voyons un nombre disproportionné de jeunes autochtones qui se retrouvent dans le système judiciaire à un très jeune âge.

Une citation de :Britainy Twiss, directrice générale d'Avocats canadiens à l'étranger

Certains élèves qui ont participé au tribunal-école ont été marqués par l'expérience. C'est le cas de Calista Thomas, une élève de la 6e année qui désire maintenant devenir avocate.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.