•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement du Venezuela contrôle les avoirs de ses étudiants à l'étranger

Les étudiants internationaux du Venezuela ne peuvent plus transférer leur argent pour payer leurs études.

Les étudiants internationaux du Venezuela ne peuvent plus transférer leur argent pour payer leurs études.

Photo : CBC

Radio-Canada

L'avenir des étudiants internationaux du Venezuela qui étudient au Collège Algonquin est incertain, depuis que leur gouvernement contrôle l'accès au transfert d'argent pour payer leurs études.

En raison d'une récession qui touche l'économie vénézuélienne, le gouvernement a imposé des mesures de contrôle très strict sur les transferts de fonds de ses citoyens qui résident à l'étranger.

Selon un étudiant en informatique originaire de Caracas, Jefferson Roman, cela fait 10 mois qu'il tente sans succès de transférer des fonds depuis son pays d'origine.

« Il faut faire une demande à notre gouvernement et leur expliquer les raisons qui justifient ce transfert d'argent, le montant demandé et à quoi il servira. Avec ces informations, c'est au gouvernement du Venezuela de décider du montant qui nous sera accordé », explique l'étudiant en informatique.

Je sens que je dois supplier pour obtenir cet argent. J'ai l'impression de n'appartenir à aucun pays.

Jefferson Roman, étudiant vénézuélien au Collège Algonquin

Les étudiants internationaux du Collège Algonquin paient environ 9000 $ de plus annuellement pour y étudier. M. Roman a demandé un sursis de paiement de ses droits de scolarité, le temps qu'il trouve une solution à ses problèmes financiers.

Avec l'aide d'autres étudiants, il réfléchit à l'idée de créer une campagne de financement pour aider les étudiants internationaux de son pays qui vivent la même situation.

L'ambassade du Venezuela n'a pas répondu à une demande d'entrevue.

D'après les informations de CBC

Ottawa-Gatineau

Éducation