•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Péréquation : Leitao dit que la baisse du prix du pétrole ne nuira pas au Québec

Le ministre des Finances, Carlos Leitao

Le ministre des Finances, Carlos Leitao

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La chute vertigineuse du prix du pétrole albertain n'empêche pas de dormir Carlos Leitao, qui ne craint pas devoir se passer des milliards de dollars attendus en vertu du système de péréquation.

Le ministre des Finances s'est fait rassurant, vendredi, prédisant que le prix du baril de pétrole n'aura pas d'impact sur l'importance des paiements de péréquation versés à court terme par Ottawa au Québec.

Il n'y a que de bonnes nouvelles pour l'économie du Québec à espérer de l'effet conjugué de la baisse marquée du prix du pétrole ces derniers mois et de la baisse annoncée cette semaine du taux directeur à 0,75 % par la Banque du Canada.

Une citation de :Carlos Leitao, ministre des Finances du Québec 

Chaque fois qu'ils se rendent à la pompe, les consommateurs profitent de cette nouvelle conjoncture, de même que les entreprises québécoises qui exportent leurs produits aux États-Unis, a-t-il fait valoir.

S'il y a une baisse à venir des paiements de péréquation versés par le gouvernement fédéral, elle serait minime, selon lui, ne dépassant pas quelques dizaines de millions de dollars.

Cette année, le Québec reçoit 9,5 milliards de dollars d'Ottawa en vertu de ce programme de redistribution de la richesse, qui s'appuie en bonne partie sur les ventes de pétrole albertain.

Chose certaine, rien ne changera en 2015-2016, et s'il y a une baisse légère ce ne serait pas avant 2016-2017, a-t-il commenté, en marge d'une commission parlementaire.

Le ministre Leitao a dit par ailleurs maintenir ses prévisions de croissance de l'économie québécoise à 1,9 % en 2015.

La CAQ moins optimiste

Le porte-parole de la CAQ en matière de finances, le député François Bonnardel estime « certain qu'il va y avoir un impact majeur sur les transferts et la péréquation ».

En entrevue téléphonique, il s'est dit « inquiet de la situation », exhortant le ministre des Finances à demeurer vigilant, au cas où Ottawa en viendrait à vouloir modifier sa méthode de calcul en raison du manque à gagner anticipé dans les coffres de l'Alberta, dont la situation financière s'est dégradée au point d'annoncer un déficit pour l'année en cours.

Quand on parle de 17 milliards $ versés en transferts fédéraux au Québec, dont 9,5 milliards $ en péréquation, « on ne peut pas juste rester les bras croisés », a-t-il plaidé.

Déjà, Québec peine à atteindre l'équilibre budgétaire promis cette année. M. Bonnardel fait valoir que s'il y a un manque à gagner de quelques dizaines de millions $ dans les revenus anticipés, sinon des centaines de millions $, « ce sera un effort additionnel qu'on va devoir demander aux contribuables et les contribuables n'en peuvent plus ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !