•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Services menacés à la Maison de la famille de Drummondville

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Le point, 20 juin 1995

Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La direction de la Maison de la famille de Drummondville est inquiète. L'organisme craint que l'annulation du rehaussement du budget des organismes communautaires par Québec ait des effets dévastateurs sur ses services.

Sa directrice, Françoise Dumais, confirme déjà qu'un atelier réservé aux pères de famille cessera d'être financé dès la fin de février. Pour Dany Lefebvre, un père membre de la Maison de la famille, la disparition des 11 000 $ dédiés annuellement à ce programme est incompréhensible. « Ça risque d'être problématique, parce que les papas ne sauront pas forcément où aller chercher les ressources s'ils ont des problèmes », croit-il.

Les pères en difficulté devront se tourner vers les services de santé traditionnels. Une solution loin d'être idéale selon M. Lefebvre. « En se retrouvant sur une liste d'attente, des fois, les pères peuvent devenir désespérés et c'est là que l'éclatement de la famille peut arriver », craint-il.

« On envisage 2015-2016 avec beaucoup d'appréhension. »

Les six employés de l'organisme soutenus par 80 bénévoles aident 500 familles chaque année avec un budget de 285 000  $. Outre le programme dédié aux pères, sa directrice craint aussi pour le financement des autres services, dont sa halte-garderie. « On a différentes sources qui nous assurent que le financement qu'on recevait pour la halte-garderie ne serait pas maintenu non plus », soutient la directrice de l'endroit. 

Sans être alarmiste, Françoise Dumais assure que sans changement de cap du gouvernement, les familles écoperont. « On est là pour les soutenir dans leur quotidien avec leur famille. Si on ne peut plus l'offrir, c'est certain que les familles auront des difficultés à la maison pour lesquelles on ne pourra plus rien! », prévient-elle.

La Maison de la famille assure néanmoins qu'elle tentera l'impossible pour limiter les impacts de ces compressions sur sa clientèle.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.