•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mirabel exige à nouveau une gare de train de banlieue

La ville de Mirabel reprend le collier et demande l'aménagement d'une gare de train de banlieue sur son territoire.

La ville de Mirabel reprend le collier et demande l'aménagement d'une gare de train de banlieue sur son territoire.

Photo : Francis Labbé

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le maire de Mirabel, Jean Bouchard, part en croisade. Il relance le dossier de l'aménagement d'une gare de train de banlieue sur le territoire de sa ville et en fait sa priorité en 2015.

Un texte de Francis LabbéTwitterCourriel

Profitant du dévoilement d'une enquête sur les déplacements dans la grande région de Montréal, le maire a tenu à rappeler qu'il y a maintenant plusieurs années que sa ville réclame une gare de train de banlieue.

« Ce dossier-là, il a au moins une dizaine d'années », affirme Jean Bouchard, maire de Mirabel. « Il n'y a qu'une seule ville qui n'a pas sa gare sur la ligne Saint-Jérôme- Montréal, et c'est Mirabel. »

Controverse et délais

Le site choisi pour cette gare, situé sur la rue Victor, secteur Saint-Janvier, est controversé. Il est entouré de terres agricoles et l'Union des producteurs agricoles craint qu'une gare ne finisse par nuire aux activités des producteurs qui se trouvent à proximité.

Cette opposition, jumelée à la volonté du ministre de l'Agriculture de l'époque, François Gendron, de protéger les agriculteurs du secteur, ont incité l'Agence métropolitaine de transports (AMT) à mettre le projet en suspens  en juin 2013.

Un vieux litige

Historiquement, la ville de Mirabel avait choisi un autre terrain du secteur, mais s'était vue refuser deux fois l'autorisation d'y aménager une gare par la Commission de protection des terres agricoles du Québec (CPTAQ).

Après des recherches approfondies, l'administration de l'ex-maire Hubert Meilleur avait trouvé un terrain qui n'était pas soumis aux mêmes règles, en raison d'activités municipales antérieures.

La député péquiste de Mirabel de l'époque, Denise Beaudoin, était farouchement opposée à l'emplacement choisi par la ville et l'AMT. Devant cette opposition, l'Agence métropolitaine de transports avait décidé de suspendre tout développement dans ce dossier.

AMT

Mise au courant de la volonté du maire Bouchard, l'Agence métropolitaine de transports s'est contentée de nous expliquer que : « nous avons déposé récemment au gouvernement des propositions. Aucune décision n'a été prise pour l'instant. »

Le maire Jean Bouchard demande une rencontre avec le ministre des Transports, Robert Poëti.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !