•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Londres dévoile son projet de loi sur les nouvelles compétences de l'Écosse

Le parlement britannique à Londres

Le parlement britannique à Londres

Photo : La Presse canadienne / Kirsty Wigglesworth

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement britannique doit dévoiler jeudi un projet de loi instaurant un transfert accru de compétences à l'Écosse, afin de respecter la promesse faite aux électeurs écossais lors de la campagne sur l'indépendance rejetée par un peu plus de 55 % des voix en septembre dernier.

La loi, qui entrera en vigueur après les élections générales du 7 mai prochain, permettra à l'Écosse de fixer son taux d'imposition sur le revenu, de bénéficier de compétences dans les dépenses sociales et de déterminer les modalités électorales et institutionnelles du Parlement écossais ainsi que d'autres structures publiques.

Le texte doit être officiellement présenté devant le Parlement britannique jeudi et le premier ministre David Cameron se rendra en Écosse pour en détailler les dispositions.

Les principaux partis politiques ont déjà annoncé qu'ils adopteraient ce projet de loi, quels que soient les résultats des prochaines législatives.

« Les dirigeants des principaux partis politiques et moi-même avons promis de nouveaux pouvoirs étendus pour le Parlement écossais avec un processus clair et un calendrier », va expliquer le chef du gouvernement britannique dans un discours rendu public à l'avance par ses services.

« Nous avions dit que le projet de loi serait dévoilé avant le 25 janvier (marquant la fête annuelle à la mémoire du poète écossais Robert Burns) et c'est le cas, trois jours avant le début des célébrations », ajoute Cameron.

Le texte est soutenu par le Parti national écossais (SNP) qui avait fait campagne pour le oui à l'indépendance, mais ce dernier estime qu'il ne va pas assez loin.

La poussée des indépendantistes lors du référendum avait inquiété la totalité de la classe politique britannique qui redoutait de voir l'Écosse sortir du Royaume-Uni.

Le projet a été conçu comme une tentative pour neutraliser la menace électorale que constitue le SNP. Les travaillistes, qui bénéficient en Écosse d'un important réservoir d'élus, espèrent reconquérir un électorat qui s'est tourné vers les indépendantistes.

Les nationalistes écossais ont indiqué qu'ils proposeraient l'organisation d'un nouveau référendum sur l'indépendance si les électeurs britanniques décident de sortir de l'Union européenne lors d'un référendum que David Cameron a promis d'organiser sur cette question en 2017, s'il est reconduit dans ses fonctions en mai.

L'Écosse a dit non au référendum

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !