•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chômage : le PC va-t-il payer pour sa réforme contestée ?

Le reportage de Michel Nogue

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des opposants à la réforme de l'assurance-emploi promettent de tout faire pour nuire aux candidats du Parti conservateur du Canada lors des élections fédérales d'octobre prochain.

Guillaume Deschênes-Thériault à l'aéroport.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Guillaume Deschênes-Thériault se rend en France pour étudier.

Photo : Michel Nogue

Alors en pleines manifestations contre la réforme du gouvernement Harper au programme d'assurance-emploi, le jeune Guillaume Deschênes-Thériault n'a pas ménagé ses critiques à l'endroit du ministre fédéral Bernard Valcourt en 2012-2013.

Deux ans plus tard, celui qui était porte-parole de du comité contre les changements à l'assurance-emploi compte réitérer la pression contre le Parti conservateur lors de la prochaine joute électorale.

M. Deschênes-Thériault soutient que les pressions exercées sur le gouvernement fédéral ont porté leurs fruits.

« Je pense peut-être la stratégie des conservateurs a été d'dire OK, on a fait la réforme, on l'appliquera pas trop fort. Pis l'mouvement va s'essouffler. Les conservateurs, au niveau de l'assurance-emploi, je me méfie d'eux. Puis, j'espère que les gens vont se souvenir de ça », affirme M. Deschênes Thériault.

Guillaume Deschênes-Thériault était porte-parole du comité contre les changements à l'assurance-emploi

En mars 2013, le porte-parole du mouvement contre la réforme de l'assurance-emploi originaire de Kedgwick s'est frotté au ministre fédéral Bernard Valcourt qui est aussi son député fédéral.

La campagne de terreur a pas fonctionné. Les travailleurs saisonniers reçoivent toujours l'assurance-emploi à laquelle ils ont droit.

Une citation de :Bernard Valcourt, ministre des Affaires autochtones et du Développement du Nord canadien.

À neuf mois des élections fédérales, Bernard Valcourt affiche une confiance à toute épreuve. Il entend bien se présenter de nouveau pour défendre son siège de Madawaska-Restigouche.

Question à Bernard Valcourt, ministre fédéral et député de Madawaska-Restigouche. 

Q : Craignez-vous que cette réforme-là mette votre poste en jeu, votre siège en jeu?

R : (Rire) Absolument pas. Au contraire.

Or, plusieurs avancent que M. Valcourt pourrait avoir de la difficulté à se faire réélire. Récemment, le politologue Jean-François Caron identifiait le siège de M. Valcourt comme étant l'une des possibles pertes chez les conservateurs.

Guillaume Deschênes-Thériault espère que la réforme de l'assurance-emploi sera un enjeu de la prochaine campagne électorale.

Gracia LandryAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Gracia Landry est une partisane conservatrice dans la péninsule acadienne au Nouveau-Brunswick.

Photo : Michel Nogue

« Je ne dis pas que les gens vont sortir dans la rue manifester. Mais, je pense que les gens vont se souvenir, puis ça pourrait peut-être influencer leur vote », soutient-il.

Au grand dam des électeurs conservateurs du nord de la province. Gracia Landry, une partisane conservatrice, reconnaît que la réforme de l'assurance-emploi fera mal à son parti dans la région Atlantique.

Je trouve que le chômage c'est quand même un privilège. On est chanceux. Au Canada, là, on traite bien notre monde.

Une citation de :Gracia Landry, partisane conservatrice.

« Je trouve que Harper a fait beaucoup pour le Canada en général. Lui, il n'est pas juste pour la Péninsule là. Je trouve que c'est un bon gouvernement. Mais, je ne pense pas que dans la Péninsule, il va passer », affirme Gracia Landry.

Janique LeBlanc s'entretient avec le député fédéral de Moncton-Riverview-Dieppe, Robert Goguen.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.