•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Appui de 18 lauréats de prix Nobel à Raïf Badawi

18 lauréats de prix Nobel réclament la libération de Raif Badawi
Geneviève Proulx

Des lauréats de prix Nobel ont publié une lettre ouverte dans le quotidien britannique The Independent en début de semaine, afin de réclamer la libération du blogueur Raïf Badawi.

Selon un professeur à l'École de politique appliquée de l'Université de Sherbrooke, Mohamed Ourya, ces scientifiques sont plus susceptibles de retenir l'attention du roi Abdallah. Lors de l'ouverture de l'université qui porte son nom, le souverain avait reçu les lauréats et avait vanté l'importance de la recherche.

« Il faut, bien sûr, viser les bonnes personnes, c'est-à-dire l'institution royale et quelques princes plus ouverts à la question des droits de l'homme. Cela pourrait jouer en faveur de M. Badawi. Le principal, c'est qu'il faut que les politiciens nord-américains et occidentaux soient touchés », explique M. Ourya.

Pour Mireille Elchacar, porte-parole d'Amnistie internationale en Estrie, cette sortie est importante parce qu'elle met en lumière la question de la liberté d'expression. « C'est sûr que ce sont de grosses pointures qui ont manifesté leur soutien. Ce qui se passe, c'est qu'ils interpellent la liberté d'expression. On a beaucoup parlé de liberté de religion dans le cas de Raïf Badawi, mais on pense que l'enjeu principal est la liberté d'expression parce qu'il a parlé de toutes sortes de sujets. Un des arguments dans cette lettre, c'est que si l'on veut une société en santé avec une recherche scientifique qui fonctionne bien, il faut absolument que nous ayons droit à la liberté d'expression. »

Raïf Badawi, dont la femme et les trois enfants ont trouvé refuge à Sherbrooke, doit recevoir une deuxième série de 50 coups de fouet vendredi. Déjà, le roi a demandé à la Cour suprême saoudienne de revoir le procès qui a mené à la condamnation de l'homme de 31 ans.

Jeudi, il y aura une manifestation devant le complexe Guy-Favreau à Montréal, et vendredi, des citoyens se rassembleront devant l'hôtel de ville de Sherbrooke. Une manifestation nationale est prévue à la fin du mois.

Justice et faits divers