•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une offre bientôt déposée pour acquérir un tronçon du chemin de fer gaspésien

rail-gaspesie-train

Le reportage de Pierre Cotton

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'homme d'affaires Gilles Babin de New Richmond va déposer jeudi une offre pour l'acquisition d'un tronçon du rail gaspésien, entre Caplan et Matapédia.

M. Babin affirme qu'il le fait à titre personnel et non en tant que président de l'entreprise Rail GD.

« Au nom d'un groupe de gens d'affaires, on dépose une proposition au ministère des Transports du Québec, précise M. Babin. L'avenir de Rail GD et celui d'autres entreprises passe par le chemin de fer. »

Selon l'homme d'affaires, le chemin de fer est primordial pour le développement économique de la Gaspésie. L'offre qu'il déposera doit obtenir l'aval du Syndic et du ministère des Transports qui octroie les certificats de conformité du rail.

Rail GD est l'un des créanciers de la Société de chemin de fer de la Gaspésie, qui s'est placée sous la protection de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité en novembre dernier, afin d'éviter le démantèlement.

Aide financière accordée

Trois des quatre préfets des MRC du sud de la Gaspésie ont accepté l'idée de contribuer financièrement à la survie du tronçon. Les MRC de Bonaventure, d'Avignon et de Côte-de-Gaspé ont offert une contribution remboursable de 50 000 $. La préfète de Rocher-Percé, Diane Lebouthillier, est quant à elle peu encline à accorder une aide financière. 

« Dans Rocher-Percé, il n'y a plus un train qui circule depuis maintenant pratiquement depuis trois ans, rappelle Mme Lebouthillier. À l'heure où on se parle, je n'ai pas eu de demande officielle de la Société des chemins de fer, mais je ne suis pas très chaude à l'idée d'investir des sommes supplémentaires. »

Le ministère des Transports vient d'ailleurs de confirmer une aide de 100 000 $ pour maintenir les activités ferroviaires pour le prochain mois.

Par ailleurs, la semaine dernière, trois entreprises de la région et les villes de New Richmond et de Carleton-sur-Mer ont dû verser 25 000 $ pour payer les frais de fonctionnement hebdomadaires du chemin de fer. Si elles ne l'avaient pas fait, le Syndic aurait stoppé le trafic ferroviaire.

La Société de chemin de fer de la Gaspésie doit déposer un plan de relance d'ici le 4 février.

La Société possède et exploite une ligne ferroviaire de 330 kilomètres entre Matapédia et Gaspé.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Est du Québec