•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le petit-fils de Marcel Pagnol au secours de l'oeuvre de son grand-père

Marcel Pagnol, janvier 1974
Marcel Pagnol, janvier 1974 Photo: Hulton Archive / Getty Images
Radio-Canada

En décembre, Nicolas Pagnol, le petit-fils de Marcel Pagnol, a lancé une campagne de financement participatif pour restaurer les films Marius, Fanny et César. Cette campagne de financement sur Internet se poursuit jusqu'au 29 janvier.

Grâce au site de financement participatif Ulule, Nicolas Pagnol a recueilli près de la moitié des 200 000 $ nécessaires à la restauration de la célèbre trilogie marseillaise de Marcel Pagnol.

Ses films sont conservés au Centre national de la cinématographie à Paris, mais une restauration minutieuse et coûteuse s'impose pour empêcher leur disparition.

Nicolas Pagnol

En France, l'œuvre littéraire et cinématographique de Marcel Pagnol est abondante et respectée. On s'apprête d'ailleurs à commémorer sa naissance (il est né il y a 120 ans).

La trilogie marseillaise, c'est l'ADN de Marseille et de l'œuvre théâtrale de mon grand-père, parce qu'avant d'être cinéaste, c'était un homme de théâtre. Ils font partie des premiers grands films parlants français.

Nicolas Pagnol

Un long processus de restauration

Le processus de restauration des films demeure une opération technique longue et coûteuse, explique Nicolas Pagnol : « On part du négatif d'origine, on le scanne, on le numérise, on le restaure et après on retourne sur un nouveau négatif, qui permet d'assurer une bonne conservation pendant au moins 100 ou 150 ans. Donc, c'est pour ça que j'ai fait appel au public. C'est pour aller jusque-là. »

Marcel Pagnol arrive à l'Académie française (1955).Marcel Pagnol arrive à L'Académie française (1955). Photo : Getty Images / Keystone/Hulton Archive/Getty Images

L'État français, la chaine ARTE, le Fonds culturel franco-américain et la Cinémathèque française contribueront également au financement.

Cette restauration numérique permettra aux films de Marcel Pagnol d'être projetés dans les salles de cinéma, car Nicolas Pagnol veut faire connaitre l'œuvre de son grand-père aux nouvelles générations.

Et ce vœu passe aussi par d'autres médias que le cinéma. En novembre prochain, une collection de bandes dessinées inspirées de l'œuvre de Marcel Pagnol sera lancée. Les deux premiers albums s'intituleront Topaze et La gloire de mon père.

Avec les informations d'Ève Payette

Cinéma

Arts