•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Longueuil a informé le public sans avoir d'échantillonnage

Un verre d'eau
Photo: iStockphoto

Quand l'avis de ne pas boire l'eau a été publié jeudi à 10 h 30, aucun échantillonnage spécifique n'avait encore été réalisé. La veille, lorsque la Ville a indiqué aux citoyens que l'eau était bonne à boire, elle ne disposait pas non plus d'une double vérification.

Un texte de Thomas GerbetTwitterCourriel

Les résultats des tests dévoilés par la Ville de Longueuil démontrent que l'eau a été potable durant toute la durée de l'avis de non-consommation [jeudi et vendredi], malgré son goût et son odeur de diesel. Cependant, aucun test spécifique n'a été réalisé avant la publication de l'avis de non-consommation et encore moins le jour du déversement de 28 000 litres de diesel.

La Ville se reposait alors sur son système automatisé de détection des anomalies, une veille en continu qui analyse notamment la turbidité de l'eau, mais qui ne permet pas d'évaluer la concentration de contaminants.

200 tests entre jeudi 11 heures et dimanche

Les quelques 200 tests réalisés à Longueuil, Boucherville et Saint-Bruno, principalement par le Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec, ont permis d'établir que la concentration de benzène n'a pas dépassé la norme de 0,5 partie par milliard étabie par le Règlement québécois sur la qualité de l'eau.

On ignore quelle était la concentration de benzène le mercredi soir, au moment où des citoyens signalaient un goût et une odeur dans l'eau. Des employés de la Ville aurait constaté dès 4 h jeudi matin que l'eau était trouble.

« Nous ne ferons aucun commentaire de nature technique en raison de la judiciarisation du dossier », a dit le porte-parole de la Ville, Bernard Bigras.

La mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, a fait savoir mardi en conseil municipal qu'elle ne rendra pas publics les résultats de l'enquête sur le déversement de diesel avant d'en savoir plus sur le recours collectif qui a été déposé dans cette affaire. 

Contamination dans trois restaurants McDonald's

Le tableau (Nouvelle fenêtre) des résultats d'échantillonnage publié par Longueuil révèle que trois échantillons prélevés à Longueuil et à Boucherville, jeudi soir, présentaient une concentration de benzène dépassant la norme de potabilité. Les trois échantillons ont été pris dans des restaurants McDonald's.

Au restaurant du boulevard Roland-Therrien, la concentration de benzène était de 0,7 partie par milliard. À celui de la rue Saint-Laurent : de 0,9, et à celui du chemin de Touraine à Boucherville : de 1,3, soit presque trois fois la limite.

Les autorités croient que la contamination viendrait des filtres utilisés par McDonald's entre le réseau d'approvisionnement en eau et les restaurants.

McDonald's Canada va enquêter pour comprendre ce qu'il s'est passé et le propriétaire franchisé du restaurant de Boucherville, Bernard Gervais, assure que ses filtres ont été changés après la levée de l'avis de non-consommation. 

L'entreprise tient à préciser qu'elle n'a pas servi cette eau à ses clients durant l'avis de non-consommation. Pour les boissons, par exemple, ce sont des canettes qui ont été vendues.

À aucun moment de l'eau, ou des boissons avec de l'eau, n'ont été servies aux clients jusqu'au vendredi minuit

Jason Patuano, porte-parole de McDonald's Canada

Environnement