•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CCN donne son aval à Windmill pour le réaménagement des îles Chaudiere et Albert

La compagnie Windmill souhaite revitaliser les propriétés de la Domtar sur les îles des Chaudières et Albert, à Ottawa-Gatineau. Photo: René Hardy
Radio-Canada

La Commission de la capitale nationale (CCN) a approuvé, à l'unanimité, les grandes lignes du projet de réaménagement des îles Chaudiere et Albert.

Le groupe Windmill présentait aujourd'hui ses plans de développement pour les deux sites.

À la suite des recommandations de la CCN, des modifications ont été apportées à la hauteur de certains édifices, notamment afin d'éviter de bloquer la vue sur la colline du Parlement et la Cour suprême du Canada.

Je pense que c'était clair que les membres du conseil d'administration appuient le projet de Windmill et leur vision particulièrement.

Mark Kristmanson, premier dirigeant de la CCN

Les responsables de l'organisme fédéral, qui est propriétaire de 20% des terrains concernés, apprécient aussi le fait que le projet prévoit la préservation d'au moins trois édifices historiques.

Par ailleurs, la question d'un accès public aux berges et aux chutes Chaudière a été évoquée.

« C'est un point clef, peut-être un point de départ, pour le prochain développement du design », affirme le premier dirigeant de la CCN, Mark Kristmanson.

Un projet rassembleur

Une maquette du projet immobilier Les Îles (à gauche) et du centre-ville de GatineauUne maquette du projet immobilier Les Îles (à gauche) et du centre-ville de Gatineau Photo : Radio-Canada

Windmill propose des travaux d'envergure, qui pourraient s'échelonner sur une dizaine d'années au moins.

Le vaste terrain d'une quinzaine d'hectares, situé sur la rivière des Outaouais entre Ottawa et Gatineau, serait converti en village urbain.

Windmill souhaite ainsi y construire des maisons de ville, des tours à logement ainsi que des espaces commerciaux et communautaires.

C'est un bon signe que l'on avance ensemble, des deux côtés de la rivière.

Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Sachant que les deux tiers des terrains sont situés du côté québécois, le maire de Gatineau n'a pas manqué de souligner l'importance du feu vert accordé par la CCN.

« Il y a beaucoup de communication de la part des instances des deux rives pour que l'on avance bien. C'est une bonne nouvelle », s'est réjoui Maxime Pedneaud-Jobin.

Encore des réticences

L'étape suivante pour Windmill sera d'obtenir l'appui des Premières Nations, qui ont déjà fait valoir leur opposition.

Les installations actuelles achetées par Windmill.Les installations actuelles achetées par Windmill.

L'architecte autochtone, Douglas Cardinal, a même demandé à la Commission des affaires municipales de l'Ontario de se pencher sur la prise de position de la Ville d'Ottawa dans ce dossier.

Afin de trouver une issue, des discussions doivent se tenir prochainement avec la communauté algonquine. Les responsables de Windmill envisagent aussi d'inclure dans leur projet des solutions pour valoriser l'histoire et la valeur patrimoniale du site.

D'après un reportage de Gilles Taillon

Ottawa-Gatineau

Société